Tunisia
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Tunisie : la pénurie de riz menace les 100 000 personnes atteintes de la maladie cœliaque

Pour Siwar Derbeli, la pénurie nationale de riz n’est pas seulement un signe des tensions sur les finances publiques de la Tunisie, mais une source de faim car la maladie cœliaque dont elle souffre fait que c’est l’un des rares aliments de base qu’elle peut manger sans crainte.

Les pénuries de produits importés vendus à des tarifs subventionnés se sont accentuées en Tunisie depuis l’année dernière, le blé, le sucre, l’huile de cuisson et les produits laitiers disparaissant périodiquement des rayons des supermarchés, au même titre que certains médicaments.

Bien que le riz ne soit pas l’aliment de base le plus répandu en Tunisie, où le pain, les pâtes et le couscous sont plus fréquemment consommés, son manque de gluten le rend indispensable aux 100 000 personnes atteintes de la maladie cœliaque que compte le pays – une maladie auto-immune qui provoque une réaction dangereuse au gluten.

«Vous rentrez à la maison et vous ne trouvez pas la nourriture de base dont vous avez besoin. C’est une situation très malheureuse», a déclaré Derbeli, 18 ans.

Sa mère, Hasna Arfaoui, préparait le repas du soir de Siwar avec des pâtes sans gluten coûteuses, difficilement abordables pour cette veuve au chômage avec trois enfants travaillant comme femme de ménage.

«Nous avons été confrontés à des difficultés avec son alimentation, et cela a été très fatiguant pour nous. La nourriture spécialisée dont elle a besoin est chère et nous avons souvent du mal à nous le permettre. Des ingrédients de base comme le riz manquent», a-t-elle déclaré.

Le gouvernement a nié que les pénuries soient dues à la crise des finances publiques, les négociations en faveur d’un plan de sauvetage étranger étant au point mort et les agences de notation de crédit avertissant que la Tunisie pourrait faire défaut sur sa dette souveraine.

Cependant, des économistes, des analystes politiques et l’influent syndicat tunisien ont tous déclaré que le gouvernement retardait ou arrêtait les importations de produits subventionnés pour aider à faire face à un déficit budgétaire de 5 milliards de dollars malgré les difficultés publiques.

Monji Ben Hriz, président de l’Association tunisienne de lutte contre la maladie cœliaque, a déclaré qu’aucun navire ne devait décharger du riz avant décembre et que les stocks détenus par l’État étaient déjà épuisés.

Du riz importé par le secteur privé est disponible, mais à un coût beaucoup plus élevé, prohibitif pour de nombreux Tunisiens.

«Les gens rencontrent aujourd’hui de réelles difficultés pour s’approvisionner en riz et certains ont modifié leur régime alimentaire pour cette raison, mettant leur santé en danger», a-t-il déclaré.

Traduit de l’anglais.

Source : Reuters.