Tunisia
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le Conseil de l’Europe se penche sur l’affaire de «complot contre l’Etat» en Tunisie

Le Conseil de l’Europe se penche sur l’affaire de «complot contre l’Etat» en Tunisie

Le comité de défense des personnes arrêtées dans l’affaire dite du «complot contre la sécurité de l’Etat» a annoncé qu’une délégation du Conseil de l’Europe arriverait cette semaine à Tunis pour demander des éclaircissements sur les accusations portées contre les diplomates européens dans le cadre de cette affaire. (Dalila Msaddek).

Lors d’une conférence de presse à Tunis mardi 5 septembre 2023, des avocats ont affirmé que le gouvernement tunisien avait «impliqué» des diplomates étrangers dans une affaire «criminelle et terroriste», créant ainsi une «crise diplomatique».

A ce propos, l’avocate Dalila Ben M’barek a indiqué que des membres du Conseil de l’Europe seraient à Tunis pour s’enquérir de l’évolution du dossier, notamment de l’implication présumée des diplomates concernés.

Ben M’barek a également annoncé que les avocats de la défense et la Coordination des familles des personnes détenues dans le cadre de cette affaire organiseraient jeudi prochain une manifestation pour exiger la libération des détenus, appelant les forces politiques et civiles à y participer.

Les arrestations dans l’affaire dite de «complot contre la sécurité de l’État» remontent à février 2023. Elles visaient des hommes politiques de l’opposition, des avocats et des hommes d’affaires.

Un porte-parole du Pôle judiciaire antiterroriste a déclaré le 1er avril que les enquêtes préliminaires avaient révélé que les parties supervisaient des «sites internet suspects» qui avaient publié des transcriptions de conversations issues de l’enquête en cours sur l’affaire du complot contre la sécurité de l’État.

Dans un communiqué dont l’agence Tap affirme avoir obtenu copie, le porte-parole a indiqué que les investigations ont également permis d’identifier les personnes qui avaient fourni les transcriptions aux gestionnaires des sites, ajoutant que cela constitue «une attaque contre les institutions de l’Etat et une tentative de nuire aux relations diplomatiques de la Tunisie».

D’après Tap.