Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Violences en France: Emmanuel Macron promet une «loi d'urgence» pour accélérer la reconstruction

Emmanuel Macron a annoncé ce mardi devant des maires de villes touchées par les émeutes de la dernière semaine un projet de « loi d'urgence » pour accélérer la reconstruction après les destructions qui ont visé des bâtiments, du mobilier urbain et des moyens de transports.

« On a un problème de délais. Nous allons présenter une loi d'urgence pour écraser tous les délais, avoir une procédure accélérée pour reconstruire beaucoup plus vite », a déclaré le chef de l'État, selon un participant. Interrogé, son entourage n'a pas précisé dans l'immédiat quand serait présenté et examiné ce texte.

Le président a aussi promis un accompagnement des collectivités « pour très vite pouvoir réparer » le matériel de vidéosurveillance cassé, ainsi que des aides financières aux villes pour les réparations concernant « la voirie, les établissements communaux, les écoles ». « On va être extrêmement ferme et clair avec les assureurs commune par commune », a-t-il encore dit lors de cette réunion à l'Élysée.

Après avoir longuement écouté un grand nombre des quelque 250 maires présents, Emmanuel Macron a reconnu qu'il n'y avait pas « une unanimité dans la salle » sur les solutions à apporter après la mort de Nahel, 17 ans, tué par un policier lors d'un contrôle routier, qui a été suivie de plusieurs nuits d'émeutes, de destruction et de pillages.

« Déboucher sur des solutions très concrètes »

Souvent mis en cause pour avoir enterré, en 2018, le plan de l'ex-ministre Jean-Louis Borloo pour les banlieues, le président a reconnu avoir été « maladroit », tout en affirmant avoir pris néanmoins de nombreuses mesures en faveur de la politique de la ville. Il a esquissé plusieurs chantiers, promettant de « travailler » pendant l'été « pour déboucher sur des solutions très concrètes ». « On ne doit pas laisser la pâte retomber », a-t-il lancé, évoquant un « point d'étape » avec les maires à « la fin de l'été ».

Parmi ces chantiers, il a évoqué de « mieux accompagner, mieux responsabiliser et parfois mieux sanctionner » les parents d'enfants auteurs de violences. Il a aussi plaidé pour un changement de méthode dans la construction des politiques publiques, et pour davantage de « décentralisation » et de « simplification » pour clarifier les responsabilités des divers échelons territoriaux

(Avec AFP).

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :