Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Venezuela: le président Nicolas Maduro hausse le ton face au Guyana

Ce week-end du 23 septembre, Nicolas Maduro, le président vénézuélien, revenait à la charge sur le réseau social X dans le différend territorial qui oppose le Venezuela à son voisin, le Guyana. Il terminait ainsi une semaine d’échanges houleux entre les deux pays. 

Avec notre correspondante à Caracas, Alice Campaignolle

Le Venezuela a même annoncé l’organisation d’un référendum concernant la région en litige. Le territoire en conflit ? 160 000 km², une grande partie du territoire du Guyana, et que le Venezuela réclame. 

« Vous transformez le Guyana en une succursale d’Exxon Mobil [une société pétrolière et gazière américaine, NDLR] », voici ce qu’a écrit Nicolas Maduro sur son compte X, anciennement Twitter, dans la soirée du samedi 23 septembre. En cause : les appels d’offre pétroliers que fait actuellement le pays voisin pour le territoire disputé, appelé l’Esequibo, côté vénézuélien.

President Irfaan Ali, enough of lies and of trying to hide the historical truth that weighs on the dispute over the Essequibo territory, whose only means of resolution, as you well know, is the Geneva Agreement of 1966.

Enough of irresponsibility, manipulation, double talk,… pic.twitter.com/WjHXh9ot2n

— Nicolás Maduro (@NicolasMaduro) September 23, 2023

Un différend territorial depuis 1841

Le Guyana, riche en hydrocarbure, cherche en effet à exploiter des gisements de pétrole au large d’une des régions réclamées par le Venezuela. Quelques jours avant la publication de ce tweet, le président du Guyana Irfaan Ali avait accusé le Venezuela à la tribune de l’assemblée générale des Nations unies de chercher à mettre à mal la paix et la sécurité dans la région, après un communiqué du gouvernement vénézuélien affirmant vouloir « prendre les mesures nécessaires pour empêcher l’exploitation illégitime de ressources naturelles qui appartiennent au Venezuela ».

Le différend territorial existe officiellement depuis 1841, et est actuellement devant la Cour international de justice. Le Venezuela rejette cette procédure.

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :