Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Suisse: des terrains de golf «labourés» par des militants pour pointer l'urgence climatique

Reportage

Jouer au golf au milieu des topinambours et des plants de patates. C’est la mésaventure qui est arrivée à quelques golfeurs en Suisse ces derniers mois. Des parcours ont en effet été vandalisés. « Labourés » plutôt, selon les activistes du climat qui ont revendiqué l’action. Trop élitiste et trop gourmand en terres et en eau, le golf est dépassé au temps de l’urgence climatique, affirment ces militants écologistes. Ce n’est pas l’avis des golfeurs, bien entendu.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Pierre-Alain Deveaux préfère rester philosophe devant les déprédations. « Avec ce qui se passe au niveau climatique, on pensait qu’un jour, ça pouvait éventuellement arriver, oui », glisse le responsable du parcours de golf de Lausanne. Il n’en est pas moins dépité.

S’il dit comprendre les motivations des activistes, il aurait préféré en parler avec eux. Parce que le golf club de Lausanne fait beaucoup pour la biodiversité, selon lui : « Je peux vous dire qu’entre le golf d’il y a 20 ans et le golf d’aujourd’hui, ça n’a absolument rien à voir. Il n’y a que les greens qui sont traités par des produits phytosanitaires. Sur les dix dernières années, on diminué de 65 % [l’utilisation de ces produits, NDLR], c’est vraiment minime. »

« Ce n'est pas une réserve naturelle »

Il s'agit de greenwashing, répondent les militants du collectif Grondements des Terres. « Super ! Ils ont planté quatre buissons, cinq arbres. Et maintenant, ils disent que c’est un endroit incroyable pour la biodiversité, dit Viviane. Ce n'est pas vrai, ce n'est pas une réserve naturelle. C’est hyper audacieux de dire ça. On ne peut pas se permettre d’avoir des activités qui consomment des ressources, à l’heure où les ressources vont être de plus en plus rares, c’est une aberration ! », dit-elle.

Activistes et golfeurs se rejoignent sur un point : la consommation d’eau. Le golf club de Lausanne dit chercher des solutions pour ne plus arroser les greens avec de l’eau potable, comme c’est le cas aujourd’hui.

À écouter aussiEn Suisse, des activistes écologistes vandalisent les terrains de golf pour dénoncer un «sport polluant»

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :