Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Santé: Emmanuel Macron veut concerter avant d'agir

Emmanuel Macron s'est rendu mardi à l'hôpital de Cherbourg en Normandie pour y rencontrer son personnel. Face à l'engorgement des services d'urgences, voire à leur fermeture partielle, le président français souhaite trouver des solutions rapides avant d'engager des concertations plus longues pour répondre à la crise des hôpitaux.

Des soignants qui veulent retrouver le sens de leur métier, des sous-effectifs à tous les étages, des formations à repenser : en trois quarts d’heure d’échanges, Emmanuel Macron a un aperçu édifiant des défis à relever.

Dans les couloirs du CHU, le président français est rapidement interpellé par plusieurs membres du personnel désireux de « tirer la sonnette d'alarme » sur la situation à l'hôpital. « Avant il y avait des infirmières formatrices à l'école d'infirmière, maintenant il n'y en a plus. C'est nous qui formons les infirmières, mais on a plus le temps ! On n'a même plus le temps de s'occuper des patients », lance une employée de l'hôpital de Cherbourg.

► À lire : Inquiétude des soignants et des urgentistes: «On manque de personnel toutes catégories confondues»

Mais malgré l’urgence à répondre à ces constats déjà connus, le président veut prendre son temps pour trouver des solutions et dévoile le lancement de concertations locales qui vont durer plusieurs mois, rapporte Anthony Lattier du service politique de RFI.

« On a besoin de changer de méthode collectivement, c'est-à-dire de redonner de la liberté, de la souplesse, de la capacité à innover sur le terrain », explique Emmanuel Macron. « C'est, en effet, parfois de l'argent, des investissements mobiliers, mais c'est énormément de simplification et leur permettre, au niveau du territoire, de recruter et de s'organiser de la manière la plus adaptée. »

Il y a un problème de rapport au sens, d'organisation de leur travail, de liberté, de place donnée à l'hôpital dans la capacité à construire des solutions sur le terrain. C'est ça qu'il nous faut changer.

Emmanuel Macron en visite à Cherbourg

Le président français annonce également une mission d'un mois pour diagnostiquer la crise des services d'urgences à l'hôpital et proposer des pistes pour y répondre, première étape d'un plan devant être décliné à l'échelle des « 1 200 bassins de vie » français. Le professeur François Braun, président de Samu-Urgences de France, chargé de trouver des solutions rapides face aux nombreux problèmes, devra remettre ses conclusions « au plus tard le 1er juillet » à la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon. Sur cette base, des décisions seront prises « pour permettre de mobiliser davantage de médecins, retrouver de l'attractivité dans certains secteurs (...). Ceci à partir de la fin de l'été sera décliné dans chaque territoire ».

► Réécoutez le Débat du jour : Éducation, santé: crise des vocations?

Discuter avant d’agir, c'est la nouvelle méthode promue par Emmanuel Macron qu’il souhaite également décliner au domaine de l’éducation. Ce qu'il fera ce jeudi dans une école de Marseille.

(et avec AFP)