Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Paris 2024: Sara Balzer, sabreuse à la recherche d’or

Remplaçante aux JO de Tokyo en 2021, Sara Balzer aurait pu ne jamais monter sur le podium. Entrée en jeu en finale à la place de Charlotte Lembach, en difficulté pour son dernier combat, elle obtient l’argent par équipe. Depuis, Sara Balzer ne cesse de progresser avec l’espoir de briller à Paris en 2024.

L'escrime française a remporté cinq médailles, dont trois d'or, lors des Championnats d'Europe par équipes en juin dernier en Pologne : un bilan plus qu'encourageant à un an des Jeux olympiques organisés à Paris. Manon Apithy-Brunet, Margaux Rifkiss, Cécilia Berder et Sara Balzer ont battu en finale les Italiennes 45 touches à 38.

Troisième sabreuse mondiale, Sara Balzer a confirmé avec cette médaille d'argent son excellente saison. Un an après sa médaille de bronze décrochée à Antalya (Turquie), la Française s'offre un deuxième podium européen de suite.

Découvre l’escrime à l'âge de 8 ans

« On a des points à aller chercher pour la qualification aux JO, nous sommes toutes concentrées », nous disait Sara Balzer avant cette compétition. Il faut dire que la qualification d’une équipe pour Paris 2024 permet par la même occasion à trois athlètes de tirer individuellement au JO. Sinon, c’est une seule athlète qui représentera la France dans l’épreuve individuelle. « Pour aller aux JO, c’est autant un sport individuel qu’un sport d’équipe », assure Sara Balzer.

Sara Balzer est devenue en 2023 une sabreuse incontournable sur la scène internationale est surtout vice-championne d’Europe individuelle. La Strasbourgeoise, 28 ans, vise désormais les Mondiaux qui se déroulent à Milan du 22 au 30 juillet prochain. « C’est l’objectif de la saison. C’est une belle répétition à un an de Paris 2024. J’espère pouvoir m’exprimer du mieux possible. Il y a eu beaucoup de travail cette année et je veux voir comment je vais me comporter avec plus de stress et d’enjeux. Je veux aller chercher ce titre », dit celle qui a découvert l’escrime à l'âge de huit ans pour faire comme sa sœur aînée. Sara Balzer s’entraîne à L’INSEP à Paris depuis 2013 avec l’équipe de France.

Championne de France à 14 ans

L'escrimeuse a évolué dans sa pratique du haut niveau et s’attache notamment à travailler son mental. « Il y a un gros travail psychologique qui a été fait cette année et cela a payé, raconte-t-elle. C’est indispensable, c’est une aide énorme. C’est vrai que je pourrais m’en sortir seule, mais cela permet de gagner du temps. C’est un outil et il faut s’en servir. J’adore ce travail. Je sens que j’ai grandi. C’est une chance en tant que sportif de pouvoir travailler sur soi. On peut aller très bien, mais vouloir parler à quelqu’un. »

« Il y a un gros niveau en France et c’est notre force. La concurrence est positive. Elle te pousse à être meilleure. Il n’y a aucun relâchement possible. Il faut toujours continuer à progresser », avoue la médaillée d'argent par équipe à Tokyo. À l’époque, elle découvrait les JO. À seulement 14 ans, elle était devenue championne de France… des moins de 17 ans. Trop juste pour les Jeux olympiques de Rio en 2016.

Blessée en 2017, rupture totale du ligament croisé antérieur, c’est un coup de massue. Il lui faudra une année pour retrouver toutes ses sensations. Sara Balzer reviendra dans le jeu petit à petit et deviendra en 2019 championne du monde universitaire de sabre.

Sara Balzer a réalisé une superbe performance en mars 2023 en remportant l'épreuve individuelle de la Coupe du monde de sabre à Sint-Niklaas en Belgique. Elle n'avait pas encore ouvert son compteur de médaille d'or individuelle en coupe du monde. Perfectionniste, la jeune femme considère l’escrime comme un « jeu d’échec sans fin, où l’on peut toujours progresser ».

Dans la Ville lumière, devant sa famille et son public, la Strasbourgeoise s’est fixée un objectif majeur, marquer l’histoire de son sport avec deux médailles d’or autour du cou, en individuelle et par équipes.