Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Nouvelle-Calédonie: Emmanuel Macron invoque les chemins du «pardon» et de «l'avenir» et promet une réforme de la Constitution

Le président français se trouve en Nouvelle-Calédonie, il a terminé sa visite avec un discours à Nouméa, c'était le temps fort de son voyage dans ce territoire français du Pacifique. Emmanuel Macron s'est notamment adressé aux indépendantistes.

Emmanuel Macron s'est adressé aux Néo-Calédoniens dans un discours sur la place des Cocotiers, à Nouméa, comme l’avaient fait Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing avant lui, sur une place bondée sur laquelle on apercevait de nombreux drapeaux français flotter, rapporte notre envoyée spéciale, Charlotte Urien-Tomaka. La scène du discours était placée devant la statue de la fameuse poignée de mains des deux leaders calédoniens, Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou, le 26 juin 1988, pour sceller les Accords de Matignon pour sortir la Nouvelle-Calédonie de la crise. Voilà pour le décor.

Le président, pendant environ 1 h15, s'est notamment adressé aux indépendantistes, auxquels il propose d’emprunter « le chemin du pardon et de l’avenir », car maintenant que les trois référendums sur l’indépendance se sont tenus, place au futur, pour le président.

« La Nouvelle-Calédonie est française parce qu'elle a choisi de rester française », la place de la Nouvelle-Calédonie sera donc dans la République, selon Emmanuel Macron, avec l’annonce d’un pas vers le dégel du corps électoral en vue des élections provinciales de 2024. Le président souhaite aussi une réforme de la Constitution de la Vème République sur la Nouvelle-Calédonie.

Emmanuel Macron: «Je ne mésestime pas les aspirations déçues de ceux qui défendaient un tout autre projet...»

À lire aussiVisite d'Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie: questions institutionnelles et pratiques au menu

Le président a néanmoins déploré l'absence à une réunion mercredi au Haut-Commissariat du territoire de responsables indépendantistes. Il y avait convié les acteurs politiques des deux camps (indépendantistes et non indépendantistes). Le président du Congrès Roch Wamytan n'y a pas non plus participé. « Pour ceux qui n'étaient pas là (...) j'ai été personnellement blessé », a déclaré le chef de l'État.

Puis, pour transcender les clivages, le président a évoqué le sujet du nickel, primordial pour l’économie de l’île, et dont l’industrie n’est plus rentable. Mais aussi le réchauffement climatique et la question de l’érosion du littoral avec la montée des eaux sur l’île. Enfin, les sujets géostratégiques : le président Macron souhaite faire de la Nouvelle-Calédonie une puissance régionale dans l’Indo-Pacifique afin de contrer les ambitions de la Chine. Menace chinoise qu’il a agitée à plusieurs reprises pendant son discours. Le chef de l’État va désormais présider le Conseil des ministres en visioconférence, avant de se rendre au Vanuatu, île située au large de la Nouvelle-Calédonie.

À écouter aussiLa stratégie de la France pour l'Indo-Pacifique à l’occasion de la tournée d’Emmanuel Macron

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :