Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Notre modeste réflexion sur la situation sociopolitique qui prévaut au Niger et au sein de certaines formations politiques.

La situation sociopolitique qui prévaut actuellement au Niger exige du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie, (le CNSP) une impartialité sans état d’âme, vis à vis des différents acteurs politiques et sociaux.

Nous avions déjà averti, le jour où une discorde, se fera au grand jour entre le président Bazoum Mohamed et son mentor le président, Isssoufou Mahamadou , le PNDS/TARAYYA, sera affaibli et risquerait une dislocation fatale. Les prémisses commencent à se faire sentir dans cette guerre de clochers à travers des invectives savamment entretenues que se livrent les deux camps sur les réseaux sociaux.

La même observation vaut au parti politique , Moden FA Lumana, le jour où le président Hama Amadou, sera tenté de manœuvrer pour isoler ,Soumana Sanda ,Dogari Oumarou et certains ténors de son parti ,le parti Moden FA Lumana connaîtra les mêmes difficultés que le PNDS/TARAYYA.

La course effrénée au pouvoir, les intrigues entre adversaires politiques, les pyromanes extérieurs et intérieurs, le manque de démocratie, l’égoïsme, le népotisme, sont entre autres, à la base de ces divisions au sein des partis politiques.

Souhaitons que la sérénité soit retrouvée au sein de toutes les formations politiques.

Pendant la période de suspension des activités des partis politiques, les leaders politiques sans distinction, ont intérêt à garder leur unité et s’efforcer de faire la promotion de l’excellence, gage de succès dans le combat politique. Ils ont intérêt à éviter de faire des crocs en jambes aux autorités de la transition démocratique.

La stabilité politique du Niger , entre autres, dépendra du succès de la période de transition , ce qui éviterait au pays un éternel recommencement.
Par conséquent tous les acteurs politiques et sociaux se devraient de s’investir avec beaucoup de sérieux pour la réussite de cette période de transition démocratique.

Le CNSP, pour bien réussir la transition démocratique, vers une véritable refondation de la république, se devrait de bien éviter les anciennes recettes qui consisteraient à privilégier, les cadres de certains partis politiques bien ciblés , parents, amis et connaissances, sélectionnés sur des bases subjectives, pour servir dans les institutions de la transition.

En effet, les services des renseignements généraux, les enquêtes de moralité, pourraient bien aider à dénicher des cadres ,compétents, intègres, rigoureux sérieux , patriotes et de bonne moralité, pour leur permettre de bien conduire les nobles et exaltantes missions d’assainissement , économique, financier et démocratique.

Il serait hautement souhaitable de faire appel à des intellectuels, des techniciens du droit, des historiens, des politologues, des sociologues, des acteurs de la société civile nigérienne, des cadres indépendants, impartiaux, pour rédiger des avant -projets, d’ une nouvelle constitution et de la charte des partis politiques qui tiendront compte de nos valeurs socio-culturelles africaines et de nos réalités socio-économiques.
Il serait également souhaitable d’éviter de trop associer beaucoup des politiciens calculateurs qui ont réussi par le passé, à manipuler, à transvestir les aspirations du peuple souverain dans les rédactions des précédentes constitutions et chartes des partis politiques, entre autres, causes d’instabilité politique au Niger.

Cette fois-ci, une fois les avant-projets des textes rédigés , ils seront soumis à un forum des forces vives du pays pour validation.

À notre humble avis, compte-tenu des expériences passées et pour éviter un éternel recommencement, une période de trois ans ( à discuter) pourrait permettre de bien baliser les contours d’une vraie refondation de la république gage d’une stabilité politique au Niger.
Le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie, ( le CNSP) n’a pas droit à l’échec.

Le CNSP doit à l’issue de la période de la transition démocratique organiser les élections générales constitutionnelles, démocratiques, libres, honnêtes, crédibles , transparentes et sans ingérences extérieures.
C’est le Niger qui gagne !
À bon entendeur salut !

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.