Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Jeux de la Francophonie: Mabondou et Gbaï, la relève du sprint féminin ivoirien

Arrivées aux deux premières de la finale dames du 100m aux Jeux de la Francophonie, Maboundou Koné et Jessika Gbaï ont confirmé la domination de la Côte d’Ivoire dans le sprint féminin africain. Une bonne nouvelle au moment où les monuments Marie-Josée Ta Lou et Muriel Ahouré sont sur leurs dernières foulées.

Envoyé spécial à Kinshasa,

Le sprint féminin ivoirien se porte bien. Et cela depuis plusieurs années grâce à notamment à Marie-Josée Ta Lou, qui détient le record d’Afrique du 100m, et Murielle Ahouré, détentrice du record d'Afrique du 60 m. Depuis plus d’une décennie, ces deux athlètes règnent sur le sprint ivoirien et africain. Mais aujourd’hui, elles commencent sans doute à entendre au loin les pas assourdissants de leurs cadettes qui arrivent à grandes enjambées. Ce mardi 1er aout, Maboundou Koné (première) et Jessika Gbaï (deuxième) ont dominé le 100m féminin réalisant un doublé qui annonce une sorte de début de passage de témoin.

À presque 35 ans pour Marie-Josée Ta Lou (en novembre) et 36 ans pour Murielle Ahouré, les reines du sprint sont en effet sur leurs dernières foulées. Maboundou et Jessika se rapprochent, mais, sur leurs ambitions, elles gardent quand même la distance qu’impose le respect pour les anciennes. « Elles (Ndlr : Ta Lou et Ahouré) nous encouragent et sont toujours là pour nous », rappelle Jessika Gbaï, 24 ans.

À 26 ans, Maboundou, la médaillée d’or, n’en dit pas moins, même si elle ose timidement parler de ses ambitions. « Chacune d’entre nous à son talent. Ce sont nos aînées, on essaye de faire au mieux pour les rejoindre ou les dépasser. On ne se compare pas à elles, mais elles sont de très bonnes grandes sœurs, de très bons exemples. »

Retrouvailles à Budapest

Aujourd’hui, c’est la Direction technique de l’athlétisme de la Côte d’Ivoire qui peut se frotter les mains d’avoir une si bonne réserve et une relève déjà prête. « Le doublé, c’est la course idéale. C'est ce qu’on espérait. On l’a eu. Nous faisons tout pour qu’il n’y ait de rupture. Même si Ta Lou et Ahouré se retirent, le sprint ivoirien va continuer d’évoluer avec la jeune génération », se réjouit Posa Sié, directeur technique national de la Côte d’Ivoire, présent à Kinshasa avec ses protégées.

Le DTN n’est pas surpris de voir Maboundou Koné dominer la finale du 100 m. « Elle a énormément progression cette année. C’est une athlète d’avenir, elle fera parler d’elle. Nous l’attendons aussi sur 200m. ».

Maboundou Koné, qui a offert sa première médaille d’Or à la Côte d’Ivoire dans ces Jeux, veut aussi faire le doublé. Même si elle reconnaît qu’elle se « préserve » pour les Mondiaux de Budapest (19 au 27 août 2023). Elle sera accompagnée, sur le 200m, de Jessika Gbaï en Hongrie. Pour la Côte d’Ivoire, elles vont courir avec leurs aînées Marie-Josée Ta Lou et Murielle Ahouré pour le relais 4X100m. Un véritable passage de témoin…

Les deux athlètes Ivoiriennes 🇨🇮 Maboundou Koné et Jessica Gbaï pulvérisent 🔥 leurs concurrentes à la Finale du 100 mètres aux 11èmes Jeux de la Francophonie à Kinshasa 🇨🇩
Elles remportent respectivement la première médaille d’Or 🥇et la médaille d’Argent 🥈 pour la Côte… pic.twitter.com/mjr21i5SlQ

— Edith Brou Bleu (@edithbrou) August 1, 2023

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :