Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Guerre en Ukraine: l'escalade des tensions menace la centrale nucléaire de Zaporijjia

L'Ukraine a appelé mercredi 5 juillet la communauté internationale à prendre des « mesures immédiates » face aux risques à la centrale de Zaporijjia, contrôlée par la Russie, alors que les deux camps s’accusent de provocation imminente. Le ministère des Affaires étrangères ukrainien a annoncé que la Russie avait installé des fortifications sur au moins trois réacteurs, et placé des explosifs sur la centrale, appelant la communauté internationale à réagir.

À première vue, pas de panique dans la ville de Zaporijjia, où les habitants semblent vaquer à leurs occupations quotidiennes, même s’il semble bien qu’ici où là quelques personnes aient commencé à faire des provisions dans les supermarchés, si la situation venait à brutalement se dégrader, explique notre envoyé spécial sur place, Stéphane Siohan.

Mercredi, le gouverneur de Zaporijjia, Yuriy Malashko, rencontré dans son bureau, a voulu se montrer absolument rationnel sur une situation qui au fond ne l’est pas du tout. Le gouverneur a bien confirmé qu’il a des informations selon lesquelles les Russes ont piégé la centrale, mais il a voulu se montrer rassurant sur le niveau de l’eau dans le bassin de refroidissement, selon lui suffisant pour parer pour le moment à un scénario catastrophe.

Un comportement des Russes imprévisible, selon les Ukrainiens

Yuriy Malashko a insisté sur le fait que Energodar n’est pas Tchernobyl, que les installations y sont bien plus modernes et solides. Le seul problème, selon lui, c’est qu’après l’explosion du barrage de Nova Kakhovka, le comportement des Russes est imprévisible, et il estime à 50%, la probabilité d’un incident à la centrale nucléaire. Entre le barrage explosé, et ce climat toxique autour de la centrale, il admet qu’une partie des habitants a décidé d’aller se mettre à l’abri, par précaution, sans qu’il y ait un exode massif.

Pendant ce temps, les experts de l'Agence internationale de l'Énergie atomique (AIEA) présents à la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine affirment ne pas avoir observé de traces de mines ou d'explosifs sur le site, contrôlé par les Russes, mais il leur faudrait un accès élargi pour en être certains. 

Du côté de Moscou, un conseiller du géant russe du nucléaire Rosatom, Renat Karchaa, a lui accusé Kiev de préparer une « attaque » de la centrale. « Aujourd'hui, nous avons reçu une information que je suis autorisé à révéler. Le 5 juillet, durant la nuit, en pleine obscurité, l'armée ukrainienne va essayer d'attaquer la centrale nucléaire de Zaporijjia », a déclaré M. Karchaa à la télévision russe.

(Et avec AFP)

À lire aussiReportage - Explosion du barrage de Nova Kakhovka: «Ici, c’est comme Tchernobyl»

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :