Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Covid-19 en Chine: la télé filtre les plaintes, Airbnb jette l’éponge

L'actualité des réseaux en Chine est largement dominée par la pandémie et les confinements qui bousculent la vie quotidienne des Chinois et la vie économique. Sur Internet, des vidéos où les journalistes tentent de couper le micro aux citoyens circulent. Le géant numérique de la location Airbnb s’est lui résolu à suspendre son offre de logements. 

de notre correspondant à Pékin,

Blouse et lunettes de protection, gants, charlotte sur la tête, les journalistes des médias chinois ont pris leur courage à deux mains pour aller à la rencontre des passagers des premiers métros à reprendre du service dimanche dernier dans la capitale économique chinoise.

On the 1st day of Shanghai resuming some subways, state media reporters interviewed a grandma. When she was saying “since I was born, I have never suffered anything like this, being locked home and couldn’t leave. It’s a big joke,” the reporters pointed mic/cam to somewhere else. pic.twitter.com/6ekWogasOl

— Yong Xiong (@yongxiong2008) May 22, 2022

C’est du direct, le journaliste tend son micro à une personne âgée. Cette dernière explique qu’elle est très contente de prendre de nouveau les transports, avant d’ajouter que depuis sa naissance, elle n’a jamais subi une chose pareille, elle n’a jamais, dit-elle, « été enfermée de la sorte chez elle à la maison »… C’est alors que le journaliste retire son micro et le caméraman change d’angle.

Plusieurs vidéos similaires ont circulé de manière virale. Dans le métro de Shanghai, c’est toujours le même comique (involontaire) de répétition, avec des micros qui basculent en arrière pour éviter de rapporter des propos qui ne collent pas avec le récit officiel. Notamment quand une autre passagère décrit les près de deux mois de confinement qu’elle vient de vivre : « La vie est si dure ici ! Je n’ai pas reçu de ravitaillement pendant 50 jours. »  

Depuis le début de la crise, gare en effet à ceux qui osent critiquer de près ou de loin la stratégie sanitaire chinoise zéro Covid. Le compte Weibo du cofondateur de la célèbre agence de voyages Trip.com a ainsi été suspendu pour  « infraction à la loi » après que ce dernier a osé émettre des doutes sur ce sujet.

Airbnb à la peine

La plateforme de location de logement en ligne elle jette l’éponge. Avant même la pandémie, cela ne marchait pas fort pour Airbnb en Chine. Près de 25 millions de personnes ont loué via la plateforme depuis son lancement en 2016, mais cela représente à peine 1 % des revenus du groupe.

Les confinements à répétition des mégalopoles chinoises et surtout les restrictions sanitaires au voyage pour entrer sur le territoire, mais aussi entre provinces à l’intérieur du pays, ont fini de doucher les ambitions du groupe. Airbnb suspend donc son offre de logements pour le marché chinois à partir du 30 juillet prochain. 

Record d'enchères sur le lithium

La participation à hauteur de 54,3% dans le capitale de Yajiang Snowway Mining Development a attiré 980 000 personnes sur la plateforme d’enchères judiciaires JD.Com rapporte Bloomberg. Le lithium entre dans la composition notamment des batterie de voiture. Le métal mou et argenté est très demandé en ce moment. La proposition d’enchère a reçu pas moins de 3 448 offres pour un prix final de plus de 2 milliards de yuans, environ 280 millions d’euros. C’est 600 fois plus que le prix de départ.