Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Canada: les autochtones sont les premières victimes des pires feux de l’histoire du pays

Le Canada connait la pire saison des feux de son histoire, soit 999 feux actifs ayant entraîné la destruction totale de 12,3 millions d'hectares, partis en fumée. Les flammes sont souvent situées loin des principales agglomérations canadiennes, mais elles touchent beaucoup de communautés autochtones. Appelés « premières nations », ces populations voient leurs territoires et leurs traditions bouleversés.

Avec notre correspondant à Montréal, Léopold Picot

Les Algonquins du lac Barrière, au nord du Québec, et les métis des prairies de l'Est, en Alberta, ont tous été évacués au moins une fois cette année. Les autochtones représentent 5 % de la population canadienne, mais près d'une évacuation sur deux les concerne.

Avec les incendies, il y a le risque d'être pris dans les flammes, d'inhaler de la fumée, mais aussi le risque de perdre son identité. Car les peuples autochtones sont ancrés sur leurs territoires forestiers : on y chasse, on y cueille, on s'y recueille, on s'y réunit.

Après les évacuations, l'étendue des dégâts les bouleverse. Les sols étant profondément brûlés, il faudra des années pour y refaire pousser un arbre. Faute de végétation à manger, les caribous et les originaux fuient également. Des sites sacrés sont dévastés, des objets transmis entre générations - comme des canots ou des habits - sont également réduits en cendres. 

Au total, 25 000 autochtones ont été évacués depuis le début de la saison. Dû aux dégâts, certains se considèrent désormais comme des réfugiés climatiques.

À lire aussiLe Canada toujours en proie à d'immenses incendies et à leurs conséquences dévastatrices

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :