Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Bolivie: Evo Morales annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2025

Le désormais candidat a fait son annonce sur le réseau social X (anciennement Twitter) et a profité de l’occasion pour critiquer le président Luis Arce et son gouvernement, pourtant issus du même parti. En Bolivie, cette candidature n'est une surprise pour personne. 

Avec notre correspondant en Bolivie, Nils Sabin

En Bolivie, Evo Morales, président de 2006 à 2019, a annoncé ce dimanche 24 septembre sa candidature à l’élection présidentielle de 2025. Evo Morales a beau dire qu’il a « accepté » d’être candidat, qu’on l’a « convaincu » voir « forcé » à se présenter, son annonce était plutôt attendue. L’ex-président n’a jamais caché sa volonté de revenir au pouvoir depuis qu’il est rentré en Bolivie en novembre 2020, après s’être exilé pendant un an.

Obligados por los ataques del gobierno, su plan para proscribir al MAS-IPSP y defenestrarnos con procesos políticos, incluso eliminarnos físicamente, hemos decidido aceptar los pedidos de nuestra militancia y de tantas hermanas y hermanos que asisten a las concentraciones en todo… pic.twitter.com/H37m78wLL2

— Evo Morales Ayma (@evoespueblo) September 24, 2023

Depuis plusieurs mois, Evo Morales accuse le gouvernement, qui est de son parti, de s’être droitisé, d’avoir monté un « plan noir » pour l’empêcher de se représenter. L'ancien président cherche à se différencier le plus possible de l'actuel président Luis Arce. Dans le message annonçant sa candidature, il a même dénoncé la volonté du gouvernement de « l’éliminer physiquement ». 

Un parti divisé

Ces attaques récurrentes de la part d'Evo Morales ont fortement divisé le Mouvement vers le socialisme (MAS), avec d’un côté, les partisans de l’ex-président et de l’autre, ceux du président Luis Arce. Mais en fait la division tourne autour de la rénovation des cadres du parti : il y a toute une nouvelle génération qui demande plus d'espace et d’autonomie au sein du MAS mais elle fait face à Evo Morales, qui veut garder un contrôle très ferme sur l'ensemble du parti. 

Pour le moment, il est le seul candidat à s’être déclaré à la présidentielle qui aura lieu dans deux ans. Bien qu’il soit toujours assez populaire, il est difficile de dire quelles seraient ses chances si le président Luis Arce décidait de se représenter. 

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :