Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Aux Pays-Bas, la fin des paquebots de croisière dans le centre d'Amsterdam

Reportage

La semaine dernière, le conseil municipal d’Amsterdam a voté en faveur d’un texte prévoyant l’interdiction prochaine dans son centre-ville des imposants immenses paquebots de croisière. Ces bateaux qui déversent plusieurs fois par semaine des milliers de touristes dans la capitale sont critiqués par les habitants de la ville et certains groupes écologistes pour leur pollution.

Le conseil communal d'Amsterdam a adopté le 20 juillet une motion visant la fermeture d'un important terminal de bateaux de croisière dans son centre-ville. Sur le quai Piet Hein, les quelques derniers passagers prêts à embarquer sur le Jewel of the Seas (le Joyau des mers en français) semblent peu disposés à donner leur avis sur la récente décision de la ville d’Amsterdam. Mais à l’entrée de l’imposant terminal, une hôtesse d’accueil, peine à cacher sa colère : « Ce terminal est tellement beau. Et nos passagers dépensent énormément d’argent à Amsterdam. Ce ne sont pas des gens qui passent leur temps dans le quartier rouge, ce sont des touristes très corrects. Et s’ils veulent fermer ce terminal, je m’enchaînerai aux portes à la façon d’Extinction Rebellion. »

Il y a une semaine, sur un pont à quelques mètres de là, l’organisation militante écologiste Extinction Rebellion collait des affiches, dénonçant la pollution émise par les paquebots de croisière, raconte notre correspondant à Amsterdam, Antoine Mouteau. Quelques jours plus tard, du même avis, le conseil communal d’Amsterdam a fini par adopter une motion visant à les bannir du centre-ville.

Rendre la tranquillité aux habitants du centre historique

En route pour le Royaume-Uni et l’Irlande, le Jewel of the Seas longe de nombreux bâtiments du centre-ville, dont la gare centrale, provoquant la joie des amateurs de grands bateaux, mais aussi l’agacement d’une partie des Amstellodamois, comme Richard, 31 ans : « Avec tout mon respect, les passagers ne restent en général que quelques heures ici, ils n’apportent rien à la ville. »

Un argument d’ailleurs encore récemment repris par la maire écologiste Femke Halsema. Selon elle, ces touristes se contentent de prendre leurs repas dans des grandes chaînes de restauration rapide et n’ont pas le temps de visiter les musées de la capitale.

La municipalité a également mis en place ces derniers mois plusieurs mesures visant à rendre leur tranquillité aux habitants de son centre historique, comme l'interdiction de fumer du cannabis dans les rues de son quartier rouge et le lancement d'une campagne afin de dissuader les touristes britanniques de se rendre à Amsterdam uniquement pour y consommer de l'alcool et des drogues.

À lire aussiÀ Marseille, les bateaux de croisière n'ont plus le vent en poupe

(et avec AFP)

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :