Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Assassinat de Marielle Franco au Brésil: cinq ans après, l'enquête relancée par les aveux d'un suspect

Au Brésil, le gouvernement Lula relance l’enquête sur l’affaire Marielle Franco, cinq ans après l’assassinat de cette élue noire à Rio, et promet d’identifier les commanditaires et de prouver l’implication de la milice para-militaire.

Cela faisait plusieurs années que l’enquête était au point mort. Lundi 24 juillet, le ministre de la Justice, Flavio Dino, a convoqué la presse pour annoncer qu’un des suspects était passé aux aveux, et avait fourni des détails sur l’opération contre Marielle Franco. « Nous avons l'espoir que ces aveux vont permettre d'identifier les commanditaires », explique Flavio Dino, en affirmant la volonté du gouvernement Lula d’aller jusqu’au bout. L'homme, soupçonné d'avoir pris part à l'assassinat de la conseillère municipale de Rio de Janeiro Marielle Franco, est passé aux aveux après avoir noué un accord avec les autorités, a annoncé lundi le ministre brésilien de la Justice.

Marielle Franco était une jeune conseillère municipale d’extrême gauche, lesbienne, issue des favelas de Rio, et qui, selon Flavio Dino, était devenue la cible des milices qui dominent certains quartiers de la ville : issue d’une des favelas les plus violentes de Rio, elle dénonçait régulièrement les violences policières et la récente intervention de l’armée destinée à contenir la recrudescence de la violence dans la ville. Elle a été assassinée le 14 mars 2018, à l'âge de 38 ans. Sa voiture a été criblée de balles alors qu'elle rentrait d'une réunion en centre-ville, tuant également son chauffeur.

Un an après les faits, les autorités ont arrêté deux anciens policiers, Ronnie Lessa, tireur présumé, et Elcio Queiroz, soupçonné d'avoir conduit le véhicule dans lequel son acolyte se trouvait. Tournant majeur dans l'enquête qui semblait piétiner ces dernières années, le ministre de la Justice Flavio Dino a annoncé qu'Elcio Queiroz avait « confirmé sa participation et celle de Ronnie Lessa » au crime.

Le ministre a également expliqué que ces aveux avaient conduit à l'arrestation hier lundi d'un autre suspect par la police fédérale, l'ancien pompier Maxwell Simoes Correa. Sept perquisitions ont aussi été menées dans la matinée à Rio dans le cadre de l'enquête. Le directeur de la police fédérale, Andrei Rodrigues, a expliqué en conférence de presse que M. Simoes Correa « avait eu un rôle important, avant et après le crime », notamment pour « la surveillance » des allers et venues de Marielle Franco pour planifier son assassinat.

À lire aussiBrésil: le commanditaire présumé de l'assassinat de Marielle Franco a été tué

La sœur de Marielle Franco, Anielle, actuelle ministre de l’Égalité raciale est, elle, convaincue qu’un gros bonnet,  « quelqu’un avec beaucoup d’argent, beaucoup de pouvoir » selon elle, a tiré les ficelles, rapporte notre correspondant Martin Bernard. Tant que le commanditaire ne sera pas démasqué, dit-elle, « toutes les femmes au pouvoir seront en danger… et le peuple noir aussi. Mais nous sommes convaincus que le crime sera élucidé », affirme Anielle Franco.

(et avec agences)

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :