Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Afrique du Sud: la présence du panafricaniste Patrick Lumumba à une conférence de l'EFF crée la polémique

L’EFF, le parti des Combattants pour la liberté économique, fête ses 10 ans. Et l’un des évènements organisés suscite la polémique : le parti de Julius Malema a fait venir lundi l’avocat panafricaniste kényan Patrick Lumumba. Un invité embarrassant pour le parti de gauche radicale, puisque Patrick Lumumba a soutenu le gouvernement ougandais lors du passage de la loi «anti-homosexualité», alors que l’EFF s’y était opposé.

Avec notre correspondante à Johannesbourg, Claire Bargelès

Pendant un peu moins d’une heure de conférence, Patrick Lumumba est revenu sur plusieurs points en commun qu’il partage avec l’EFF, autour du rejet de l’influence occidentale, des institutions financières internationales, et prônant une « décolonisation des esprits » en convoquant toutes les grandes figures africaines.

Mais pour l’avocat kényan, ce sont ces mêmes idées qui l’ont poussé, ces derniers mois, à être « à 100% » avec le président Museveni et les parlementaires ougandais, autour de cette loi très répressive à l’égard de la communauté LGBT+. Une loi qu’il voit comme « un défi lancé aux pays occidentaux ».

Un point de vue qui ne s’accorde pas vraiment avec les images de Julius Malema qui s’était rendu il y a trois mois devant l’ambassade d'Ouganda, à Pretoria, couvert d’un drapeau arc-en-ciel en signe de protestation.

L’EFF a justifié la tenue de cette conférence afin de confronter des opinions différentes. Pourtant, à aucun moment, des questions sur le sujet ont été posées à Patrick Lumumba, qui a pu profiter de la tribune libre pour vanter les mérites du parti de gauche radicale.  

Avant la conférence, une centaine de personnes s’étaient rassemblées, sur l’esplanade de l’université, pour protester contre le choix de cet intervenant. 

À lire aussiL’Ouganda adopte une nouvelle version de la loi sur l’homosexualité, toujours lourdement pénalisée

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :