Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Positions divergentes au sein de la CEDEAO sur une intervention militaire au Niger

La situation au Niger est de plus en plus tendue suite au coup d’État du 26 juillet 2023, qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum. Plusieurs pays de la région ont pris des positions différentes quant à une intervention militaire pour rétablir l’ordre constitutionnel.

Bamada.net- Les pays comme la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Sénégal et la Guinée-Bissau ont confirmé leur présence militaire au Niger en cas d’intervention de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest). Ils justifient leur engagement en tant que membres de l’organisation régionale et dans le but de mettre fin aux coups d’État récurrents dans la région.

Joe Biden appelle à la libération de Mohamed Bazoum au Niger

Lire Aussi : COUP D’ETAT AU NIGER :LES ETATS UNIS DÉTERMINÉS À FAIRE REVENIR MOHAMED BAZOUM AU POUVOIR

En revanche, d’autres pays voisins tels que le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie, l’Algérie et la Guinée-Conakry sont opposés à une intervention militaire. Le Mali et le Burkina Faso ont clairement déclaré que toute action militaire de la CEDEAO au Niger serait considérée comme une déclaration de guerre, et ils se sont opposés à défendre les putschistes au Niger. Certains partis politiques maliens ont souligné que soutenir un coup d’État va à l’encontre de leur constitution et les invite à se concentrer sur la lutte contre les groupes terroristes qui sévissent dans la région.

Coup d’État au Niger : Mohamed Bazoum renversé, situation tendue

Lire Aussi : NIGER: LE BURKINA FASO ET LE MALI SOUTIENNENT LE PUTSCH ET METTENT EN GARDE CONTRE UNE INTERVENTION MILITAIRE

Au milieu de cette situation complexe, la France, ancienne puissance coloniale de la région, a condamné fermement la suspension de la diffusion de France 24 et RFI au Niger. Cette suspension a été effectuée par les autorités du pays suite à des incidents lors d’une manifestation devant l’ambassade de France. La France a également été critiquée pour ses actions géopolitiques dans la région, et des manifestations hostiles à la France ont eu lieu à Niamey.

Positions divergentes des pays voisins face à la crise au Niger

Lire Aussi : UNE INTERVENTION MILITAIRE AU NIGER SERAIT “UNE DÉCLARATION DE GUERRE” AU BURKINA FASO ET AU MALI

Le président américain, Joe Biden, a quant à lui demandé la libération immédiate du président déchu du Niger, Mohamed Bazoum, retenu depuis le coup d’État.

Lire Aussi : LÉGITIME DÉFENSE D’AUTRUI AU NIGER : MALI PRÊT À DÉPLOYER SES CAPACITÉS MILITAIRES MODERNES

Face à cette crise politique et sécuritaire, le vice-président du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) du Niger, le général Salifou Mody, s’est rendu à Bamako pour explorer les moyens de renforcer la coopération entre le Mali et le Niger.

France condamne la suspension de France 24 et RFI au Niger

Lire Aussi : PUTSCH AU NIGER : TOUTE INTERVENTION MILITAIRE SERAIT UNE « DÉCLARATION DE GUERRE » POUR LE BURKINA FASO ET LE MALI

La CEDEAO a envoyé des délégations en République du Niger avec pour mandat de résoudre rapidement l’impasse politique actuelle dans le pays. Les délégations ont été chargées d’engager toutes les parties prenantes pour parvenir à une résolution pacifique et concluante de la situation au Niger.

Le général Salifou Mody explore la coopération entre le Mali et le Niger

Dans cette crise complexe, l’avenir politique du Niger et la stabilité de la région restent incertains. La situation est surveillée de près par les pays de la CEDEAO et la communauté internationale dans l’espoir de trouver une issue pacifique à cette crise.

Incertitudes sur l’avenir politique du Niger et la stabilité régionale.

Wassolo K

Source: Bamada.net