Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Niger Biden demande la « libération immédiate » du président Bazoum

(Niamey) Le président américain Joe Biden a appelé jeudi à la « libération immédiate » du président déchu du Niger Mohamed Bazoum, retenu depuis la semaine dernière par des militaires à l’origine d’un coup d’État.

L’opération d’évacuation du Niger de ressortissants français et étrangers a pris fin jeudi, ont annoncé le ministre français des Armées et le ministère français des Affaires étrangères ;

Des centaines de partisans des militaires qui ont pris le pouvoir au Niger en renversant le président Mohamed Bazoum, ont commencé à se rassembler jeudi à Niamey pour les soutenir ;

Plusieurs manifestations sont prévues jeudi pour célébrer le 63e anniversaire de l’indépendance du Niger, poussant la France à demander de garantir la sécurité des ambassades étrangères ;

Le Royaume-Uni réduit temporairement le nombre de ses employés dans son ambassade à Niamey en raison de la situation sécuritaire au Niger ;

La France a demandé aux forces de l’ordre nigériennes d’assurer que la sécurité des emprises diplomatiques étrangères lors de manifestations prévues ce jeudi.

« J’appelle à la libération immédiate du président Bazoum et sa famille, et à la préservation de la démocratie conquise de haute lutte au Niger », a déclaré M. Biden dans un communiqué publié le jour du 63e anniversaire de la proclamation de l’indépendance de ce pays d’Afrique de l’Ouest, base militaire clé des forces occidentales dans leur lutte contre les djihadistes au Sahel.

« En ce moment critique, les États-Unis se tiennent au côté de la population du Niger dans le respect d’un partenariat qui dure depuis des décennies, enraciné dans des valeurs démocratiques partagées et le soutien à un gouvernement civil », a ajouté M. Biden.

« Les Nigériens ont le droit de choisir leurs dirigeants. Ils se sont exprimés lors d’élections libres et loyales et cela doit être respecté », a-t-il aussi affirmé.

Dans son communiqué, il souligne l’importance du partenariat entre les États-Unis et le Niger où le secrétaire d’État américain Antony Blinken était venu en mars et avait rencontré le président Bazoum.

« La défense des valeurs démocratiques fondamentales et le soutien à l’ordre constitutionnel, à la justice et au droit de se rassembler pacifiquement sont essentiels dans le partenariat entre le Niger et les États-Unis », a-t-il dit.

Le Niger est devenu un allié essentiel des Occidentaux, notamment la France avec un millier de soldats stationnés. L’administration Biden souhaite s’engager davantage en Afrique pour y contrer les influences croissantes de la Chine et – plus récemment – de la Russie.

Les États-Unis ont une base aérienne au centre du Niger, utilisée pour piloter des drones destinés à attaquer et surveiller des djihadistes.

Les manifestations pour l’anniversaire de l’indépendance inquiètent

Plusieurs manifestations sont prévues jeudi pour célébrer le 63e anniversaire de l’indépendance du Niger, poussant la France à demander de garantir la sécurité des ambassades étrangères, une semaine après le coup d’État d’une junte qui entend se maintenir au pouvoir en dépit d’une pression croissante.

« Alors que plusieurs appels à manifester sont diffusés pour le 3 août, la France rappelle que la sécurité des emprises et des personnels diplomatiques est une obligation au titre du droit international, et notamment des Conventions de Vienne », souligne le ministère français des Affaires étrangères.

C’est précisément une manifestation violente contre l’ambassade de France, dimanche à Niamey, qui avait conduit mardi le gouvernement français à lancer une opération d’évacuation de ses ressortissants.

Plus de 1000 personnes ont été évacuées depuis mercredi par Paris et Rome, notamment des Américains, Canadiens, Belges.

Les quatre premiers vols français ont permis d’évacuer 992 personnes, dont 560 Français, « aux côtés de nombreux ressortissants étrangers ».

Les États-Unis ont ordonné mercredi l’évacuation de leur personnel non essentiel à l’ambassade de Niamey. Londres a fait de même jeudi « en raison de la situation sécuritaire ». Le ministère britannique des Affaires étrangères a même évoqué « des protestations qui peuvent être violentes ».

La situation se tend un peu plus chaque jour depuis que l’ex-chef de la garde présidentielle, le général Abdourahamane Tiani, a pris le pouvoir à la tête d’une junte le 26 juillet, retenant le président Mohamed Bazoum depuis.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), présidée par le Nigeria, a dit se préparer à une opération militaire même si elle a souligné qu’il s’agissait de « la dernière option sur la table ».

Les chefs d’état-major ouest-africains sont réunis à Abuja, au Nigeria, jusqu’à vendredi, deux jours avant l’expiration dimanche d’un ultimatum de la Cédéao exigeant un retour à l’ordre antérieur.

Une délégation de la Cédéao, conduite par l’ex-président nigérian Abdulsalami Abubakar, a parallèlement été envoyée à Niamey pour « négocier » avec les putschistes.

En ligne avec le blocus économique décidé dimanche, le Nigeria a coupé son approvisionnement en électricité au Niger, qui dépend énergétiquement à 70 % de son voisin.

La Banque mondiale, qui a dépensé 1,5 milliard de dollars d’aides au Niger en 2022, a annoncé la suspension des versements « pour toutes ses opérations et jusqu’à nouvel ordre ».

Rejet « en bloc »

En face, la junte a envoyé un émissaire au Mali, qui a affiché son soutien à la junte de Niamey, tout comme le Burkina Faso-deux pays dirigés par des militaires depuis des coups de force. Le général nigérien Salifou Mody, porteur d’un message de remerciement à Bamako, s’est félicité de la bonne coopération actuelle entre les deux pays, selon RFI.

La junte a accusé lundi la France, ancienne puissance coloniale, de vouloir « intervenir militairement », ce que Paris a démenti fermement. Burkina Faso et Mali affirment que toute intervention armée serait considérée « comme une déclaration de guerre » à leurs deux pays et entraînerait leur retrait de la Cédéao.

À Niamey, le général Tiani a déclaré rejeter « en bloc les sanctions » et refuser « de céder à toute menace », dans un discours télévisé, à la veille de la commémoration de l’indépendance du pays. « Nous refusons toute ingérence dans les affaires intérieures du Niger ».

Il a assuré que les Français, « qui n’ont jamais été l’objet de la moindre menace », n’avaient « aucune raison objective de quitter le Niger ».

La France a vu dans les protestations de dimanche « une manifestation organisée, non spontanée, violente, extrêmement dangereuse, avec des cocktails Molotov, des drapeaux russes qui sont apparus, des slogans antifrançais copiés-collés de ce que l’on peut avoir ailleurs », selon sa cheffe de la diplomatie, Catherine Colonna, qui relevait « tous les ingrédients habituels de la déstabilisation à la mode russo-africaine ».

La Russie, qui avait demandé lundi le « retour à la légalité », a elle appelé au « dialogue » pour éviter une « dégradation de la situation », estimant que la « menace de recourir à la force contre un État souverain ne contribuera(it) pas à désamorcer les tensions et à résoudre la situation dans le pays ».

Pas d’évacuation des militaires

Pour l’instant, l’évacuation des quelque 1500 soldats français postés dans ce pays stratégique n’est « pas à l’ordre du jour », selon l’état-major des armées françaises.

Pas question non plus pour les États-Unis qui disposent aussi d’un millier de soldats déployés dans le pays dans le cadre de la lutte contre les groupes djihadistes au Sahel.

Ils ne parlent pas de « coup d’État », estimant qu’il reste encore une « petite fenêtre » pour la diplomatie et le rétablissement du président Bazoum dans ses fonctions, auquel le secrétaire d’État Antony Blinken a affirmé le « soutien inébranlable des États-Unis ».

lapresse.ca