Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Lutte contre la corruption : Qui après Adama Sangaré ?

Les audits commandités par la Transition sur certains dossiers de corruption impliquent beaucoup de responsables politiques.


De nombreux hauts cadres politiques du pays sont dans le viseur de la justice dans le cadre de la lutte contre la corruption. C’est ainsi que le maire du district de Bamako, Adama Sangaré, en poste
depuis 2009, a été inculpé et placé sous mandat de dépôt le mercredi dernier par le Pôle économique et financier de Bamako.

Comment ne pas citer le cas de Mamadou Diarrassouba, membre du Conseil national de transition (CNT), ancien député élu à Dioïla ? Ce haut dignitaire du RPM, le parti de feu le président Ibrahim Boubacar Kéita, pourrait difficilement échapper à la justice après l’audit des fonds de l’Assemblée nationale.

Il est dans de beaux draps, surtout que ses plus proches collaborateurs comme l’ancien
président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, ont été arrêtés après l’audit. Or, Diarrassouba était le questeur de l’Assemblée nationale, donc une personnalité clé dans toutes les dépenses de l’institution.
Le comptable du Parlement, Mahamadou Sidibé dit Kolon, a lui aussi été arrêté alors que son patron Diarrassouba est sous la couverture de l’immunité parlementaire.

Mais on sait que cette couverture est très fragile depuis l’arrestation d’Adama Diarra dit Ben Le Cerveau qui prédisait l’arrestation de Diarrassouba dans la sortie médiatique qui lui a valu des poursuites de la part du procureur chargé de la répression de la cybercriminalité.

En ce qui concerne le cas d’Adama Sangaré, tout le monde s’attendait à ce que la justice l’arrête de nouveau. Cette fois ci, le maire du district de Bamako est poursuivi dans l’affaire dite “zone aéroportuaire”.

Selon plusieurs sources, l’édile du district a été auditionné par l’un des juges d’instruction du Pôle économique et financier dans la matinée du 21 avant d’être inculpé et transféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako.

A en croire des sources judiciaires, Adama Sangaré est inculpé dans le dossier de la zone aéroportuaire avec cinq autres co-accusés. Il s’agit des administrateurs civils et d’officiers d’état-civil de Kati et Bamako.

C’est ainsi que le sous-préfet de Kalaban-coro a été arrêté quelques jours avant l’interpellation du maire de Bamako.

Les personnes inculpées sont soupçonnées du morcellement et de l’attribution illégale de 1660 hectares réservées depuis des années 1990 à l’exploitation aéroportuaire.

D’autres cadres politiques sont dans la file d’attente des personnalités devant être arrêtées après des audits. Dans le cadre de la gestion d’un autre dossier des Aéroports du Mali, l’ancien ministre des Transports et secrétaire politique du RPM, Me Baber Gano, pourrait être poursuivi. Il a déjà été convoqué au Pôle économique et financier de Bamako pour s’expliquer sur l’affaire
Securiport, un contrat de sécurité aéroportuaire.

Deux autres anciens ministres ont été convoqués par la justice dans ce dossier dont le contrat a été signé sous IBK. Cette procédure a conduit en prison le général de division Salif Traoré, ancien ministre de la Sécurité et de la Protection civile. L’ancienne ministre de l’Equipement, des Transports au moment des faits, Mme Seynabou Diop, est placée sous contrôle judiciaire.

Fatoumata Traoré

Le témoin