Mali
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les dirigeants militaires du Mali et du Burkina Faso défient la CEDEAO et soutiennent les putschistes du Niger

*Par Paul Ejime- Les dirigeants militaires du Mali et du Burkina Faso ont jeté le proverbial chat sauvage parmi les pigeons en soutenant les putschistes du Niger voisin au mépris de la CEDEAO, le bloc économique régional et, par extension, de la communauté internationale.

Après leur réunion extraordinaire à Abuja le dimanche 30 juillet 2023, les dirigeants de la CEDEAO ont imposé une série de sanctions au Niger et ont donné aux putschistes dirigés par le général de brigade Abdourahamane Tchiani un ultimatum de sept jours pour réintégrer le président déchu Mohamed Bazoum et rétablir l’ordre constitutionnel. dans le pays ou faire face à un éventuel « recours à la force (militaire) ».

L’Union africaine (UA) avait auparavant donné 15 jours aux putschistes nigériens pour réintégrer l’élu Bazoum, renversé lors du coup d’État du 26 juillet.

Le Niger est un allié stratégique de l’Occident et les Nations Unies, l’Union européenne, la France et les États-Unis qui ont des bases militaires au Niger ont également condamné le coup d’État et suspendu l’aide financière ainsi que l’assistance militaire et la coopération avec le Niger.

Moscou, qui a fait de fortes percées politiques et économiques en Afrique, a également condamné le putsch du Niger, mais la direction du groupe militaire privé russe Wagner a salué le coup d’État au Niger comme un bon développement.

Wagner est actif dans plusieurs pays d’Afrique et les régimes militaires du Mali et du Burkina Faso, anciennes colonies françaises, ont écarté Paris et se sont tournés vers la Russie pour obtenir un soutien militaire afin de lutter contre l’insurrection terroriste et islamique.

Dans leur déclaration conjointe de lundi, les gouvernements militaires du Mali et du Burkina Faso n’ont fait aucune référence à l’Union africaine, mais ont spécifiquement dénoncé la position prise contre le Niger par la CEDEAO et l’Union économique et monétaire ouest-africaine, avec l’acronyme français UEMOA.

Les deux gouvernements militaires ont déclaré qu’ils ne respecteraient pas les « sanctions illégales, illégitimes et inhumaines » annoncées par la CEDEAO et l’UEOMA contre le Niger.

Ils ont également averti que toute intervention militaire contre le Niger « équivaudrait à une déclaration de guerre contre le Mali et le Burkina Faso » et pourrait entraîner le retrait des deux pays de la CEDEAO, et leur « déclaration de mesures d’autodéfense en appui aux forces armées et peuple nigérien ».

L’absence de référence à l’Union africaine dans la déclaration conjointe est instructive étant donné que c’est l’organisation continentale qui a lancé la première un ultimatum à la junte nigérienne devant la CEDEAO et l’UEMOA après leurs réunions séparées à Abuja.

Il était curieux que l’Union africaine ait tiré le premier coup de feu dans le cas du Niger, contrairement à la tradition établie de permettre aux communautés économiques régionales (CER) de prendre la tête de la gestion des conflits régionaux et des interventions.

En effet, l’Union africaine avait suscité des critiques de «double standard» dans son traitement des putschistes au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, qui ont été critiqués par des sanctions, tandis que l’actuel dirigeant tchadien, le général Mahamat Kaka Idris Derby, qui a également pris le pouvoir. après que les rebelles tchadiens ont assassiné son père, le président en 2021, il reçoit un traitement VIP par l’organisme continental.

Ironiquement, le jeune général Derby s’est rendu au Niger pour des entretiens avec les putschistes, a détenu Bazoum et son prédécesseur au pouvoir, le président Mahamadou Issoufou, après des consultations dimanche avec le président nigérian Ahmed Tinubu, président de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO. , qui a convoqué le sommet d’Abuja sur le Niger.

On pense que l’ultimatum précipité de 15 jours de l’UA aux putschistes nigériens aurait pu forcer la CEDEAO à imposer un délai plus court de sept jours, enfermant ainsi le bloc régional dans un dilemme.

Par expérience, la CEDEAO et l’UA imposeraient normalement des sanctions avant de lancer un ultimatum, mais peut-être que pour paraître dure face aux incursions militaires incessantes dans la région, la CEDEAO a décidé d’annoncer ses sanctions et l’ultimatum en une seule fois.

Les chefs d’état-major de la CEDEAO devraient tenir une réunion d’urgence à Abuja mercredi sur la voie à suivre au Niger. Cela devrait être suivi d’une délégation militaire au Niger.

Mais la situation soulève la question de savoir si la CEDEAO peut mettre à exécution sa menace d’intervention militaire dans les sept jours, et qu’adviendra-t-il de sa réputation déjà mise à mal si elle ne donne pas suite à la menace ?

Il y a d’énormes implications et conséquences supposées et imprévues des affrontements cinétiques entre les 12 000 forces militaires et policières actives mal équipées et mal formées du Niger, estimées à 5 000 et les forces armées et de police de réserve, avec une éventuelle force extérieure dirigée par le Nigeria, qui est susceptible de recevoir le soutien des États-Unis et La France, qui a des bases militaires et environ 3 000 soldats combinés au Niger.

De tels affrontements feront de la région de la CEDEAO un théâtre de guerre, aggravant encore la grave insécurité et les difficultés socio-économiques qui accablent la communauté d’environ 400 millions de personnes.

En outre, le Niger enclavé partage des frontières poreuses et des liens historiques avec le Nigeria et un certain nombre de pays politiquement instables tels que le Tchad, le Burkina Faso, le Mali, la Libye et l’Algérie.

Une guerre qui opposerait les États membres de la CEDEAO entre eux pourrait avoir des conséquences humanitaires désastreuses, rendant la région plus susceptible et vulnérable à l’infiltration de terroristes et d’autres groupes armés du Sahel.

Sans aucun doute, il doit y avoir un message fort aux aventuriers militaires tels qu’Abdourahamane Tchiani du Niger, Assimi Goita du Mali, Mamady Doumbouya de Guinée et Ibrahim Traoré du Burkina Faso que la CEDEAO et la communauté internationale ne reculeront devant rien pour défendre la démocratie et le respect de l’ordre constitutionnel dans la région.

Mais comme le dit la maxime, celui qui vient à l’équité doit aussi venir les mains propres !

La panoplie de sanctions et d’interventions extérieures est-elle destinée à sauver des alliés politiques en difficulté, qu’en est-il des populations éprouvées, déjà victimes de la mauvaise gouvernance dans ces pays ?

Le président Bazoum a été élu et devrait être protégé, mais les causes profondes des coups d’État incessants et de la désaffection nationale croissante envers les gouvernements africains et leurs alliés étrangers exigent un interrogatoire et un remède très urgents.

La vie et le confort d’un fonctionnaire du gouvernement ne peuvent pas être plus précieux que la vie et la survie de la majorité des citoyens opprimés.

La communauté internationale doit avoir une pensée pour les quelque 26 millions d’habitants du Niger, appauvris au milieu de minéraux précieux tels que l’uranium, l’or, le pétrole, le ciment, le charbon, le gypse, le calcaire, le sel, l’argent et l’étain, exploités par des sociétés étrangères pour enrichir leurs nations, tandis que le Niger reste l’un des pays les plus pauvres du monde.

Il ne devrait pas y avoir de règles différentes pour les dirigeants corrompus qui truquent les élections, modifient les constitutions nationales pour obtenir ou conserver le pouvoir politique, répriment leurs opposants et bafouent les droits des citoyens, et les conspirateurs.

Il doit y avoir justice et cohérence dans la défense collective et la consolidation de la démocratie.

Une extrême prudence est requise face à la situation complexe au Niger pour éviter une effusion de sang inutile ou une aggravation de la situation périlleuse du pays.

L’Afrique a plus que sa juste part de guerres et d’instabilité.

Les déclencheurs et les moteurs des incursions militaires dans la politique sur le continent doivent être traités avec une règle empirique de tolérance zéro pour tout changement anticonstitutionnel de gouvernement.

Mais si les organisations régionales et continentales ou la communauté internationale permettent ou conspirent avec la classe dirigeante pour commettre des crimes économiques, des violations des droits de l’homme et des coups d’État électoraux, le rétablissement de l’ordre constitutionnel ne devrait pas se faire aux dépens des citoyens ordinaires qui étouffent déjà sous le régime poids antidémocratique de la mauvaise gouvernance.

lactuacho.com