Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

"Une mère au foyer est peut-être mieux à la maison à s'occuper de ses enfants": la sortie polémique d'un député RN en plein examen de la loi "plein emploi"

La majorité s'indigne déjà. Alors que les députés ont entamé l'étude et les débats du projet de loi sur le "plein emploi", déjà adopté au Sénat, les esprits se sont échauffés, ce lundi soir. En pleine discussion sur cette loi, Jocelyn Dessigny, député de l'Aisne a provoqué des huées de protestation, sur les bancs de l'Institution. En cause, une phrase que la majorité juge "sexiste". 

"Nous, nous partons du principe qu'une mère au foyer est peut-être mieux à la maison"

Prenant la parole dans le débat, le parlementaire RN a déclaré que son groupe politique estimait qu'une "mère au foyer est peut-être mieux à la maison, à s'occuper de ses enfants". Une première partie de phrase qui a été huée par ses collègues de la gauche et de la majorité. Puis s'est repris en déclarant: "si elle le souhaite."

"Vous partez du principe qu'il faut inscrire tout le monde sur le fichier Pôle Emploi et que tout le monde est employable, qu'il faut mettre tout le monde au travail. Nous, nous partons du principe qu'une mère au foyer est peut-être mieux à la maison, à s'occuper de ses enfants si elle le souhaite, plutôt qu'elle aille chercher, plutôt que vous l'envoyiez dans un dispositif où elle devra réaliser quinze heures d'activités.", a déclaré le parlementaire. 

"Nous partons du principe qu’une mère au foyer elle est p'têt mieux à la maison à s’occuper de ses enfants", dit ce député RN.
Sous le vernis, le rance. À ceux qui pensent que l'extrême droite a changé...

Mères et pères doivent avoir accès à l'emploi ! C'est ce que nous voulons. pic.twitter.com/5VCzMcUDUf

— Olivier Véran (@olivierveran) September 25, 2023

Une déclaration qui a indigné, donc. Ministres et députés ont largement pointé du doigt le "sexisme" de cette phrase. Mais l'homme n'est pas à son coup d'essai, sur les sorties polémiques. En juin dernier, Mathilde Panot, cheffe de file des députés Insoumis avait demandé une sanction, après avoir été traitée de "poissonnière". 

"Arrête de parler ! Poissonnière !"

"Arrête de parler ! Poissonnière !": sur Twitter, la députée du Val-de-Marne a publié une capture d'écran du compte-rendu écrit officiel attestant de l'insulte lancée. "Quand Le Pen ne leur écrit pas leurs discours pour les micros, les députés RN montrent encore leur vrai visage", a-t-elle commenté au-dessus de l'image.

Après l'intervention de la députée LFI, M. Dessigny a demandé à prendre la parole dans l'hémicycle. "Si j'ai pu vexer Mme Panot, je m'excuse, mes mots ont dépassé ma pensée", a-t-il dit. Lors de la précédente législature, en 2021, le député macroniste Pierre Henriet avait écopé d'une sanction financière, après avoir lui aussi traité Mathilde Panot de "poissonnière" dans l'hémicycle. "Le sexisme n'a pas sa place dans notre société, encore moins dans l'expression d'un élu de la République, au sein même de l'hémicycle", avait alors souligné la présidence de l'Assemblée.