Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Une médaille historique pour cette pépite de la voile française originaire de Nice

Au Club nautique de Nice (CNC), qui a fêté en grande pompe, en juin dernier, ses 140 ans, on reste fondamentalement attaché aux traditions. Mais sans jamais affaler les voiles lorsqu’Eole fait souffler une jolie brise d’avenir. Malgré toute la richesse de son passé, le CNC, présidé de longue date par Gilles Chatenet, a ainsi connu, dans la touffeur estivale, une grande première. Grâce à la toute jeune Molly Marshall qui, avec l’équipe de France, a remporté aux Pays-Bas la troisième place des Championnats d’Europe "team race" d’Optimist (après avoir dominé la Croatie en petite finale). Une perf XXL, à la hauteur d’un vrai talent.

"Elle a pris conscience de ce qu’elle était capable de faire"

C’est en tout cas l’avis que veut partager celui qui coache la nouvelle petite fiancée des océans. Qui l’accompagne depuis qu’elle est née à la voile, il y a maintenant 4 ans. "Si sa sélection était plus ou moins attendue, la médaille, elle, est une belle surprise, sachant qu’il y avait du très, très haut niveau, éclaire ainsi David Deguine. En plus, on ne s’était pas spécialement préparé pour cette compétition, mais elle s’y est pleinement exprimée, grâce à l’expérience accumulée précédemment en club, que ce soit à Monaco (au tout début de l’année 2023), et plus encore au Havre, sur une épreuve sélective, où elle s’est réellement révélée. Là-bas, elle a pris conscience de ce qu’elle était réellement capable de faire, en s’appuyant sur un gros potentiel vitesse, ce qui fait d’ailleurs sa force. Au niveau mental, plein de choses se sont également débloquées…"

Cette breloque doit permettre à l’adolescente (14 ans) de franchir un nouveau cap. D’orienter différemment la boussole de ses ambitions. "Elle est de plus en plus dans la maîtrise, poursuit Deguine. Mais rien n’est dû au hasard. Elle a travaillé dur, en est d’ailleurs déjà à plus de 130 jours de navigation cette année. Pour le club, cette réussite résonne évidemment comme une reconnaissance, puisqu’il a beaucoup investi pour développer le pôle compétition (qui intègre cette saison une dizaine de jeunes, âgés de 9 à 14 ans), mais pour Molly, c’est surtout le fruit de gros sacrifices…"

Les Jeux olympiques en filigrane

La collégienne (en classe de 3e, à Port Lympia, où la bienveillance des équipes pédagogiques lui permet de poursuivre avec bonheur son double projet, sportif et scolaire), peut en tout cas déjà se projeter bien plus loin que l’écume de son bateau. Voire même ambitionner, à terme, un destin… olympique! "2028 ou 2032, elle y pense, oui, même s’il reste évidemment beaucoup de chemin à parcourir. Pour l’instant, on se focalise sur le court et moyen terme, avec la reprise des gros championnats programmée dès le mois de janvier. L’objectif sera qu’elle décroche son billet pour un championnat d’Europe ou un championnat du monde individuel. Et, pourquoi pas, qu’elle revive une nouvelle aventure en équipe de France…"

Après cela, le moment sera venu, pour elle, de changer de catégorie. Et d’embarcation! La réflexion est en cours.

"Mais d’ores et déjà, une chose est sûre: elle veut aller au bout de ses rêves, tout en gardant les pieds bien sûr terre. C’est déjà le cas aujourd’hui, puisqu’elle est également très impliquée à l’école. Molly est en tout cas motivée, travailleuse. De plus en plus pro, aussi, dans sa préparation physique et technique. Et se retrouve donc réellement en capacité de réussir de bien belles choses à l’avenir…" Une petite pépite pour la voile tricolore, à surveiller évidemment de près.