Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Une antenne 4G crée la polémique à La Roquette-sur-Var

C’est un panneau d’autorisation de travaux, apposé au 45 route du Figheret à La Roquette-sur-Var, au milieu du mois d’août, qui a alerté les riverains.

Il annonçait la prochaine mise en place d’une antenne de téléphonie mobile. Pierre Fenart, Philippe De Oliveira, Idriss Grego et Marie-Thérèse Capodano, tous résidents du quartier de la Fubia sont montés au créneau et ont créé un collectif – composé d’une cinquantaine de personnes – pour s’opposer au projet. Ils ont rencontré la maire Nicole Labbe, ses adjoints Denis Mollard et Dominique Mesiano, accompagnés d’une collaboratrice de l’opérateur Free mobile, Anaïs Nadarou.

Couvrir les zones blanches

En janvier 2018, l’autorité de régulation des communications électroniques (ARCEP) le gouvernement et les opérateurs de téléphonie mobile ont signé une convention. Le but? Accélérer la couverture mobile des territoires, et pour cela densifier les réseaux.

C’est à ce titre qu’est intervenu l’équipement prévu dans le secteur du Figheret, afin de débloquer quatre zones blanches identifiées (Baus Roux, pointe de la Fubia, la Fubia, le Trascoulet).

L’opérateur a prospecté afin de trouver le site éligible et respecter ainsi l’arrêté ministériel du 17 décembre 2020. Dans un premier temps, c’est le mont Arpas, à Levens qui est choisi. Une information mise en lumière dans le bulletin municipal d’octobre 2021. Mais, le maire de cette commune, Antoine Veran, a refusé le 24 février 2022 cette implantation.

La maire demande le retrait de la décision

C’est dans ce contexte et lors d’une rencontre avec les représentants de l’opérateur, que le collectif a récemment évoqué: "Le doute sur la nécessité de l’installation, de cette hauteur, et l’inquiétude sur la dépréciation des biens immobiliers. Mais également, l’éternel débat sur la nocivité des ondes."

La représentante de l’opérateur a précisé: "Nous avons mis trois ans pour définir le site et trouver un accord avec le propriétaire. Et pour couvrir les zones, (dans un rayon de 2.000mètres) la hauteur de 42m se justifie en raison du terrain particulièrement vallonné. En revanche, contrairement à certains échos: pas question de 5G, d’une portée trop faible (500m). Ce dispositif est réservé aux zones très urbanisées."

Aujourd’hui, la situation paraît bloquée.

Les élus, qui semblent avoir hérité de l’intervention de l’ARCEP de la municipalité précédente ne peuvent faire machine arrière, malgré le constat que certaines zones blanches soient devenues des zones grises (lieux où seuls certains opérateurs permettent de joindre le réseau).

Pour sa part, le collectif des opposants persiste, signe et s’organise afin de remettre en activité l’association de défense de "Porte Rouge" (1) en sommeil depuis 2013, afin de porter leurs doléances devant le tribunal administratif.

Premier objectif: obtenir un référé suspensif car le début des travaux est prévu pour octobre ou novembre.

Mais, revirement de situation. La maire de La Roquette-sur-Var, Nicole Labbe, qui s’est désormais saisie du dossier, vient de signifier à l’opérateur qu’une procédure contradictoire demandant le retrait de la décision était en cours. L’élue n’a pas eu de retour du groupe de téléphonie. Sollicité, le service communication de l’opérateur Free mobile n’a pas été en mesure de nous répondre.

1. Cette association avait milité à l’époque en 2013, contre l’installation d’un camping, et avait obtenu gain de cause.