Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Tenues, en cours ou abandonnées: où en sont les promesses de campagne du candidat Macron sur l’écologie?

"La politique que je mènerai dans les cinq ans à venir sera écologique ou ne sera pas" avait affirmé le candidat Macron le 16 avril 2022, lors d’un déplacement à Marseille, indiquant vouloir faire de la France "une grande nation écologique". Dix-sept mois plus tard, alors qu’il dévoile ce lundi les grands axes de la planification écologique du gouvernement, où en sont les treize promesses phares de sa campagne?

Un premier ministre chargé de la planification écologique

Tenue. Le 16 mai 2022, Elisabeth Borne a été nommée Première ministre chargée de la Planification écologique et énergétique.

Accélérer la rénovation énergétique des logements

En cours. Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, la France s’est fixé pour objectif de rénover 370.000 logements par an d’ici 2030, et 700.000 au-delà. Elle en est loin avec moins de 100.000 rénovations en 2022, selon les chiffres publiés par le Sénat.

Plus d’énergies renouvelables

En cours. La France se donne pour objectif d’atteindre 40% d’énergie renouvelable dans son mix énergétique d’ici 2030, contre 20% actuellement. Un projet de loi qui prévoit le développement de l’éolien en mer et du solaire, a été adopté par le Parlement le 7 février 2023.

Six nouveaux réacteurs nucléaires

En cours. La loi promulguée 22 juin 2023 a pour objectif de faciliter le développement de l’énergie nucléaire pour sortir des énergies fossiles et atteindre la neutralité carbone en 2050 avec la construction de six réacteurs EPR2. Un chantier pharaonique.

Poursuivre la conversion du parc automobile

Promesse tenue. Pour aider les ménages à acheter des véhicules moins polluants, le gouvernement propose de consacrer 1,3 milliard d’euros au "verdissement" du parc automobile en 2023. Le bonus écologique va passer de 6.000 à 5.000 euros, la prime à la conversion est maintenue au même niveau (jusqu’à 4.000 euros).

Accélérer sur le ferroviaire

En cours. Le candidat Macron avait annoncé vouloir "accélérer les investissements dans les RER métropolitains, les Intercités de nuits et de jours, les transports en communs, les gares multimodales et la régénération des petites lignes ferroviaires". En février 2023, le gouvernement a annoncé un investissement de 100 milliards d’euros dans le transport ferroviaire d’ici à 2040.

140 millions d’arbres plantés

En cours. Le candidat Macron avait proposé que deux arbres par Français soient plantés d’ici à la fin de la décennie. La plantation de 50 millions d’arbres a déjà été actée, soit 45.000 hectares de forêts, afin "de capter 150.000 tonnes de CO2 supplémentaires chaque année". Pour y parvenir, l’Etat a annoncé un "fonds forêt" de 150 millions d’euros en septembre.

Mettre fin à 50 grandes décharges à ciel ouvert

En cours. Emmanuel Macron a promis de "de mettre fin à 50 grandes décharges à ciel ouvert", qui accélèrent le réchauffement climatique, sur un total de 36.000 recensées par l’Ademe.

Un "éco-score" sur les produits courants

En cours. Emmanuel Macron a affiché son intention d’ "avoir une information claire dès l’achat sur l’impact environnemental des produits courants (cosmétique, vêtements…)", afin de sensibiliser les consommateurs et d’encourager les producteurs à des pratiques vertueuses. Le chantier est en phase d’expérimentation, piloté par l’Ademe.

Le développement durable à l’école

En cours. Déjà effectif à l’école depuis 2017, le DDE est cette fois étendu à l’enseignement supérieur.

Former aux métiers de la transition écologique

En cours. Le chef de l’Etat entend faire former 400.000 personnes supplémentaires aux métiers de la transition écologique, de l’énergie, du recyclage et de la réparation d’ici la fin du quinquennat.

Conditionner le salaire des dirigeants au respect de l’environnement

Promesse non tenue. Le verdissement de la rémunération des dirigeants se pratique déjà dans certains grands groupes, mais à ce jour, aucune loi n’impose cette mesure aux entreprises.

Une taxe carbone aux frontières de l’Europe

En cours. Cette taxe, qui doit se mettre en place progressivement jusqu’en 2034, imposera un surcoût aux importateurs de fer, acier, ciment, engrais, aluminium, électricité et hydrogène, lors du franchissement des frontières européennes.