Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

"J’ai l’impression que mon ticket de caisse a doublé": Marie retraitée a dû reprendre une activité professionnelle en complément de sa retraite

Marie a un sac en toile Carrefour à l’épaule. Mais aujourd’hui, et comme toutes les autres fois depuis plusieurs mois, c’est chez Lidl que cette Toulonnaise de 65 ans va faire ses courses. Faute de moyens.

"Les autres enseignes sont trop chères. Et même ici, j’achète moins de choses, précise cette mère de deux grands enfants autonomes, qui vit seule. Moins de poisson, moins de viande. Je fais aussi attention au prix des légumes. Et encore, j’ai l’impression que mon ticket de caisse a doublé".

Une activité professionnelle

À la retraite, cette ancienne employée dans l’immobilier social n’arrive pas à joindre les deux bouts, avec sa pension de 1.300 euros par mois. 850 euros partent dans le loyer de son appartement toulonnais, au Faron.

Les 450 euros restants n’étant pas suffisants pour assumer toutes les autres charges, elle a donc conservé une activité professionnelle comme agent immobilier à son compte. Pour 1.000 euros mensuels supplémentaires, en moyenne. "J’ai des petits enfants, j’aime la peinture, les expositions, je m’en serai bien passé", souligne-t-elle.

Malgré ce "bonus" confortable, Marie a dû modifier ses habitudes. Les bons mois, il lui restait 550 euros pour "les loisirs et les coups durs". Dorénavant, c’est entre 200 et 300 euros.

Pas de quoi s’acheter une voiture plus récente que sa Suzuki de 2007, 130.000km au compteur.

"La moindre balade demande réflexion"

"Ça a fondu, alors j’ai réduit la voilure, résume-t-elle. Avant, j’allais tous les deux-trois mois voir des amis à Cannes, Nice ou Aix. Là, ça fait un an que je n’ai pas bougé. Entre l’essence, le péage et les restos, le budget a trop gonflé. La moindre balade, ça demande réflexion."