Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

"Il ne peut ni voir, ni parler": son mari est en réanimation à cause du botulisme, elle raconte des vacances transformées en cauchemar

Les vacances idylliques de Kristy, 40 ans, et Matthew, son mari de 41 ans, ont tourné au cauchemar. 

Les deux Américains de Los Angeles ont attrapé le botulisme après avoir mangé des sardines en conserve de fabrication artisanale au Tchin Tchin Wine Bar, à Bordeaux, le 4 septembre. 

Il font partie des 15 clients du restaurant identifiés comme "cas suspects de botulisme", dont un mortel, selon le bilan des autorités françaises sanitaires publié à la mi septembre. 

Le botulisme est une affection neurologique rare et grave, mortelle dans 5 à 10% des cas, provoquée par une toxine très puissante, produite par une bactérie qui se développe notamment dans les aliments mal conservés, faute de stérilisation suffisante.

Elle engendre des problèmes oculaires (vision double), un défaut de déglutition et, dans les formes avancées, une paralysie des muscles, notamment respiratoires, qui peut conduire au décès.

"J'ai cru qu'il faisait un AVC"

Les symptômes de Matthew ont commencé à se déclarer le lendemain du dîner au Tchin Tchin Wine Bar. 

"On s’est dit qu'il était peut-être fatigué ou qu'il avait encore des symptômes d'un zona, un virus qu'il avait eu il y a deux mois", raconte sa femme Kristy, interrogée par Le Parisien.

"On faisait du vélo à travers les vignes quand il s'est mis à voir double et à avoir des vertiges. Il n'arrivait plus à conduire et les organisateurs du tour ont dû venir nous chercher en van. Dans la voiture, il a vomi. Quand on a rejoint notre Airbnb vers 18 heures, il a aussitôt pris une douche et fait une sieste."

Après sa sieste, l'état de Matthew se dégrade. "Il avait la bouche très sèche, la langue engourdie et il n'arrivait plus à avaler. J'ai paniqué, j'ai cru qu'il faisait un AVC. J'ai appelé tout de suite le 112 [numéro d'appel d'urgence] et je suis allée dans la rue pour demander de l'aide car je ne parle pas français."

"J'espère qu'il pourra remarcher"

Matthew est transféré à l'hôpital, où il effectue un scanner du cerveau ainsi qu'une prise de sang, qui ne montrent rien d'anormal. Le lendemain, il n'arrive plus à parler. 

"J'ai déménagé nos affaires dans un hôtel sans savoir pour combien de temps. Matthew a été admis en soins intensifs, puis en réanimation. Il avait besoin d'oxygène. Avec son doigt, il dessinait les lettres "Breathe" [respirer]. Il n'y arrivait plus. C'est quelqu'un de très courageux mentalement mais il était effrayé. Les médecins ont décidé de l'intuber. Il ne pouvait même plus ouvrir les yeux."

Les médecins ne pensent pas tout de suite au botulisme mais finissent par faire le lien cinq jours plus tard, quand d'autres cas sont signalés. Kristy, dont les symptômes ne nécessitent pas une hospitalisation, et Matthew reçoivent alors l'antidote

Trois semaines plus tard, l'état de l'Américain est "stable" même s'il est "toujours intubé en réanimation". "Il ne peut ni voir ni parler. Pour communiquer, il écrit sur une ardoise. J'espère qu'il pourra remarcher. Il pourrait être transféré à Los Angeles mais ici, il est bien suivi. La route vers la guérison sera longue. Et on ne sait pas quand on rentrera chez nous."

En France, une enquête préliminaire pour "homicide et blessures involontaires" a été ouverte par le parquet de Bordeaux. Elle porte aussi sur des faits de "mise sur le marché de denrées préjudiciables à la santé" et "vente de denrées corrompues ou toxiques".