Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Il avait volé pour 100.000 euros de biens dans les spas des palaces de Monaco, un multirécidiviste condamné

Police et justice ont mis fin conjointement à cinq années de pillages au sein des palaces monégasques. À l’issue de longues recherches méthodiques pour mettre enfin une identité sur le voleur, c’est un ressortissant irlandais qui a comparu devant le tribunal correctionnel. Il lui est reproché sept faits de vols et une tentative d’escroquerie dans les spas des hôtels Fairmont, Monte-Carlo Bay, Métropole et aux Thermes Marins, entre le 1er janvier 2016 et le 31 juillet 2017. Sans laisser de traces, mais avec un important butin!

Il avait dérobé plusieurs montres de marques prestigieuses, dont la plus chère affiche un coût de 47.000 dollars. Des lunettes, stylo, bagagerie, bague, manteau, portefeuille et autres effets, dont chacune des signatures des fabricants fait rêver! Des billets également pour quelque 20.000 euros en numéraires. Sans omettre l’utilisation de quatre cartes bancaires, qui demeureront muettes aux distributeurs pour cause de codes erronés.

Monaco, destination "facile"

Alors ce Belfastois, tout juste 40 ans, est-il un fanatique du luxe? C’est surtout un moyen de subsister quand on est ingénieur en électricité de formation, sans emploi après un licenciement économique, et père d’un enfant avec sa compagne. Où trouver de l’argent aussi facilement et rapidement? "À Monaco, expose-t-il aux juges. Je savais que cet expédient n’avait rien d’une affaire facile. Mais chez vous il y a tellement de richesses… J’ai vendu des montres en Espagne et le reste un peu partout au tiers d’une valeur estimée. Essentiellement pour vivre, car je ne travaillais plus. Ça fait dix-sept mois que je suis incarcéré, certes avec des gardiens bienveillants…"

Un globe-trotter de la fauche

Depuis le box, ce personnage ne cède à aucune convention. Il accepte même d'en souffrir avec résignation. "J’ai commencé à voler à Dublin, en Allemagne… Je veux tourner la page. Repartir sur de nouvelles bases." 

Le président Jérôme Fougeras Lavergnolle insiste toutefois sur son parcours de globe-trotter de la fauche. "Vous avez aussi commis des méfaits dans un gymnase de Cap-d’Ail, dans les Alpes-Maritimes, en France, en Suisse… Vous avez été condamné à Nice et à Grasse. Puis à Boulogne pour recel. À Monaco, en tant que client et sous une fausse identité, vous visitiez les vestiaires des hommes, à l’abri des caméras. Mais en observant auparavant discrètement les codes effectués par les abonnés au moment de déposer leurs affaires…"

Le vol pour "entretenir dignement sa famille"

L’homme, attrapé, a ensuite été incarcéré à la maison d’arrêt le 5 janvier dernier. "Si cet individu, s’estimant reconnu, n’avait pas pris la fuite au spa du Fairmont, précise aussitôt le substitut Maxime Maillet, il poursuivrait encore ses méfaits dans ce havre de sécurité où personne ne se méfie. Quelle audace d’aller jusqu’aux chambres afin de s'enrichir au détriment des personnes en villégiature dans les établissements. Il a fait vivre aux enquêteurs de la Sûreté publique des conditions dignes d’un film policier, avec la coopération de la gendarmerie française pour l’interpeller. Il n’en a pas fini avec la justice. La France l’attend. Tout comme l’Irlande, le Royaume-Uni, la Suisse. Quand on commet des infractions depuis vingt ans, il faut requérir quatre ans ferme!"

L’avocate du prévenu va tout tenter pour obtenir une diminution de la peine. "Une jeunesse difficile, assure Me Maeva Zampori, avec la perte de ses parents à l’âge de 15 ans, et l’obligation de jongler avec les familles d’accueil. Quand il devient père, il veut amasser beaucoup d’argent pour entretenir dignement sa famille. Le vol est l’occasion d’atteindre ce but. Aujourd’hui, prenez en compte sa prise de conscience. Quant aux parties civiles, elles ont été largement remboursées. Mon client est insolvable. Comment répondre à leurs demandes?"

Le tribunal a perçu en partie le message de l’avocate, avec trois années de prison et le maintien en détention. Il a été octroyé la somme globale de 26.500 euros aux deux parties civiles présentes.