Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Coupe du Monde de rugby: un XV de France à en couper le sifflet

Pénalisés à seulement quatre reprises (nouveau record), le XV de France a sevré les All Blacks d’opportunité de scorer. Désormais, les Bleus devront tout faire pour maintenir ces standards.

Pierrick Ilic-Ruffinatti

S’ils ont poussé les Blacks à la faute (douze, dont quatre en mêlée!) les Bleus n’ont, quant à eux, quasiment pas été pénalisés: seulement quatre fautes sur l’ensemble de la rencontre. (Photos Florian Escoffier)

S’ils auront tendance à se souvenir des errements de Jaco Peyper vendredi soir, avec notamment cet essai controversé de Mark Telea pour un en- avant non-contrôlé en début de deuxième période, les supporters tricolores ont également probablement remarqué que l’arbitre de la rencontre n’avait pas souvent eu l’occasion de siffler contre les Bleus.

Car au Stade de France, en ouverture de la Coupe du monde, les ouailles de Galthié se sont montrées chirurgicales au niveau de la discipline.

Une seule faute en 2e mi-temps

S’il est admis qu’au niveau international, une sélection ne doit pas être pénalisée à plus de dix reprises, les coéquipiers d’Antoine Dupont ont carrément cassé la baraque, vendredi, ne se mettant à la faute que… quatre fois (dont une seule pénalité en deuxième période).

Face à ce mur bleu déterminé à ne pas donner la moindre occasion à Jaco Peyper de sortir le sifflet de sa poche, les Blacks n’ont pu inscrire de "points faciles", étant obligé de breaker la défense pour espérer faire gonfler le score. Insuffisant, évidemment.

"C’est le gros point de satisfaction, ça nous a permis de rester au contact dans nos temps faibles et de reprendre la main en deuxième période. Thomas Ramos nous a maintenus à flot avec son pied, appréciait hier matin Laurent Labit, entraîneur des trois-quarts, au moment de revenir sur ce succès. Il y a toujours des cases à cocher pour gagner le match et celle-là a été essentielle face à la Nouvelle-Zélande."

Record de l’ère Fabien Galthié

Pourtant, s’ils ont particulièrement brillé vendredi soir, et laissés trop peu d’occasions aux Néo-Zélandais de scorer (quand les Blacks, eux, se sont mis douze fois à la faute), les Bleus n’ont pas toujours été aussi cliniques dans le secteur de la discipline. En effet, depuis la prise de fonction de Fabien Galthié en 2020, les Tricolores tournaient en moyenne à 10,7 pénalités concédées par rencontre (420 en 39 matchs).

C’est donc peu dire qu’en commettant seulement quatre fautes (sous Galthié, le record était jusqu’alors de six), les Bleus ont touché du doigt la perfection. "Nous travaillons afin de minimiser les fautes qui permettent à l’équipe adverse de venir chez nous facilement. Nous savions que l’indiscipline serait la clé, notait de son côté François Cros. Quatre pénalités, c’est du haut niveau… C’est peut-être aussi pour ça que nous ne nous sommes pas affolés quand nous étions en difficulté, et que nous sommes revenus petit à petit."

S’ils ont coupé le sifflet de Jaco Peyper vendredi soir, les Bleus tenteront désormais de maintenir ces standards. Ce sera dur, mais ce n’est qu’en se montrant irrésistible que le XV de France pourra envisager de monter sur le toit du monde.