Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Coupe du monde de rugby: avec 10 matchs dans la région, que la fête commence!

Ils sont tous là et prêts à en découdre. Depuis le week-end dernier, les cérémonies d’accueil des vingt nations participantes à cette 10e Coupe du monde de rugby, animent les villes qui accueillent les camps de base. Près de nous, les champions du monde en titre sud-africains et les Écossais ont pris leurs quartiers à La Seyne-Toulon et Nice. Capes de mondialiste sur la tête, de la poudre d’étoiles plein les poches.

Contrairement au premier Mondial organisé en France et qui s’était essentiellement concentré sur l’agglomération marseillaise, cette deuxième édition française a prévu de gâter les habitants de la région.

Dix des 48 matchs sont programmés à Marseille (six, dont deux quarts de finale) et Nice (quatre). Avec l’assurance de voir évoluer de grandes nations comme l’Afrique du Sud, l’Angleterre, l’Argentine ou le pays de Galles. Et même nos Bleus chéris dans l’écrin bouillant du stade Vélodrome face à la Namibie (21 octobre).

Promesses de liesse

Depuis deux ans, Galthié et sa bande de magiciens électrisent les supporters français. À part en 1995 pour le Mondial en Afrique du Sud à l’épilogue controversé, jamais la France n’est apparue aussi forte à l’approche du grand barnum mondial.

Alors, partout des écrans géants se montent dans les villes et villages de nos territoires. Comme autant de promesses de liesse populaire.

Et pour que la fête à la maison soit totale, le premier Mondial amateur, réunissant vingt équipes des nations qualifiées, se tiendra du 23 au 30 septembre dans la région, avec notamment des matchs à Saint-Maximin et Saint-Raphaël, dans le Var. Alors, régalez-vous, c’est ici et maintenant!

Le billet d'Olivier Bouisson

Juin 1984. Soixante ans après avoir accueilli les Jeux olympiques d’été à Paris, la France (re)découvre le frisson d’une compétition internationale organisée sur son sol.

La bande à Platini met l’Europe du football à ses pieds, toutes les télés ne sont pas en couleur mais la France se pare de bleu, de blanc et de rouge. Un acte fondateur dans l’ère moderne du sport français.

Depuis, de la joyeuse kermesse blanche des JO d’Albertville 1992 à la première Coupe du monde de rugby en 2007, en passant par l’Euro de foot 2016, la patrie a toujours su porter ses athlètes sur ses épaules. Pour en transcender leur latinité. Jusqu’à l’acmé du Mondial 1998, véritable chef-d’œuvre du sport collectif tricolore. Qui nous survivra.

Nous voilà en 2023 et quelque chose nous dit que Galthié et ses costauds pourraient redessiner les contours de cette petite Histoire de France. À grands coups d’épaule et de chevauchées entre les lignes ennemies. Cette petite Histoire qui nous divise furtivement, nous unit durablement, nous réapprend à nous aimer.

Nous voilà à l’aube d’un long frisson régressif qui va durer presque deux mois. Pour polissons avertis. Ça va cogner sur le terrain et s’aimer en dehors. Et à la fin, la France peut être championne du monde pour la première fois de son histoire. Dis, tu le sens le frisson?

Les records à battre

Sur une Coupe du monde: Points: Grant Fox (NZL/1987): 126

Essais: Jonah Lomu (NZL/1999), Bryan Habana (RSA/2007) et Julian Savea (NZL/2015): 8

Transformations: Grant Fox (NZL/1987): 30

Pénalités: Gonzalo Quesada (ARG/1999): 31

Drops: Jonny Wilkinson (ENG/2003): 8

Sur un match:

Points inscrits par une équipe: 145 par la Nouvelle-Zélande face au Japon (145-17) en 1995

Essais inscrits par un joueur: 6 par Mark Ellis (NZL) face au Japon en 1995

Points marqués par un joueur: 45 par Simon Culhane (NZL) face au Japon en 1995