Monaco
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Battues, enquête, pistes suivies par les enquêteurs: ce que l'on sait trois jours après la disparition de Lina, 15 ans dans le Bas-Rhin

L'inquiétude s'accroît d'heure en heure, dans le village de Saint-Blaise-la-Roche. Cette petite commune de 230 habitants n'a plus revu la jeune Lina, 15 ans depuis samedi. La jeune fille s'est volatilisée, alors qu'elle devait se rendre à pied samedi matin de son domicile à la gare de Saint-Blaise-la-Roche, à trois kilomètres de là.

Elle projetait de prendre le train pour Strasbourg où l'attendait son petit ami. Ne la voyant pas arriver, celui-ci a donné l'alerte. Ce lundi 25 septembre, le procureur a ouvert une enquête pour "disparition inquiétante". Ce mardi matin, une nouvelle battue a eu lieu, sans succès. En fin d'après-midi ce mardi, la procureure a donné une conférence de presse pour faire état de l'avancée de l'enquête. Voici ce que l'on sait trois jours après. 

Les faits 

Samedi 23 septembre, la jeune Lina part de chez elle, à Saint-Blaise-la-Roche, pour aller à la gare, située à trois kilomètres de son domicile. Une vingtaine de minutes plus tard, elle envoie un sms à son petit-ami, qu'elle devait rejoindre en train à Strasbourg. Depuis, silence radio. La jeune fille n'a plus donné de nouvelles. C'est son petit ami qui a donné l'alerte, ne la voyant pas arriver. 

La mère de la jeune fille a brièvement pris la parole devant les journalistes lundi après-midi: "Ma fille Lina, 15 ans, a disparu samedi matin. Elle a dû partir de la maison à 11H00. Elle s'est rendue à la gare de Saint-Blaise-la-Roche. Vers 11H20 elle a envoyé un message à son petit ami, c'est la dernière fois qu'on a eu des contacts avec elle. Elle devait se rendre à Strasbourg en train. Elle n'est jamais arrivée à Strasbourg", a-t-elle notamment expliqué, très émue. 

Où en est l'enquête? 

L'enquête a été confiée à la section de recherche de Strasbourg, co-saisie avec le groupement de gendarmerie du Bas-Rhin. Selon les premières vérifications faites par les enquêteurs, la jeune fille n'est "pas montée dans le train", indique la procureure de la République de Saverne, Aline Clérot. L'adolescente "n'était pas connue pour avoir fugué jusqu'alors, d'après les premières auditions", indique la magistrate.

Dans la foulée de la disparition de Lina, plusieurs ratissages ont été organisés sur les lieux potentiels de la disparition, mobilisant notamment une équipe cynophile. Lundi après-midi, une centaine de personnes ont participé à une battue, "encadrés de la gendarmerie et assistés d'un hélicoptère équipé de caméras thermiques", a encore précisé le parquet de Saverne. 

Une nouvelle battue a été organisée ce mardi 26 septembre dans la matinée. Une fouille à laquelle ont pris part près de 400 personnes, donc les parents de la jeune fille. Proches, connaissances ou habitants des alentours se sont rassemblés ce mardi dans la matinée près d'un étang de pêche à la sortie du village de 250 habitants, à côté de la petite route que devait emprunter la jeune fille pour aller à la gare. La procureure de Saverne, Aline Clérot, a indiqué ce mardi en fin d'après-midi qu'"aucune piste n'était écartée" dans cette enquête. 

Mme Clérot a précisé que deux témoins avaient aperçu la jeune fille se rendant à pied à la gare de Saint-Blaise-la-Roche depuis son domicile entre 11h15 et 11h30. Son téléphone a cessé d'émettre à 11h22 et aucune activité bancaire n'a été constatée depuis sa disparition. "Aucune trace observée sur le tracé n'évoque un éventuel accident de la route", a aussi précisé la magistrate

Face aux pistes, qui demeurent pour l'heure, infructueuses, la procureure a aussi a annoncé que de nouvelles recherches étaient "envisagées", autour de certains plans d'eau, qui entourent le domicile des parents de la jeune fille et la gare où elle se rendait. Les enquêteurs vont procéder à des dragages des nombreux points d'eau du secteur à la recherche d'indices, a-t-elle précisé.