France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Seine et Marne. "Mais merde, parle au téléphone !" : Sam après la mort d'une femme

Des enquêteurs sont chargés d'enquêter sur la cause du décès d'une femme en 2020 à Louise Ambrey (Seine Emarey), où sa famille a accusé Sam de négligence. Présenté le parquet de Mo. Le juge de paix chargé de l'enquête a été confisqué le 10 juin.

Le 21 août 2020, vers 3h30 du matin, une retraitée martiniquaise de 65 ans, Yolande Gabriel, a été priée de quitter les urgences de l'hôpital Mo et de rentrer chez elle dans la rizière. Au cours des dernières semaines, l'état de santé de cette ancienne soignante s'est détérioré, des consultations externes ont été associées et on lui a diagnostiqué une myocardite, une inflammation du myocarde.

Madame, je dois me calmer, je n'ai pas 36 000 médicaments à prendre

Quelques heures après mon retour, elle a appelé vers 7h30 Sam pour avoir signalé des douleurs thoraciques et une reprise de la dyspnée. Au téléphone, le médecin régulateur a d'abord parlé calmement de l'état et s'est montré frustré, selon un enregistrement révélé par Mediapartet consulté par l'AFP.

"Tu dois être calme, femme. Tu n'es pas obligée de prendre 36 000 médicaments. Et tu ne sais pas quels médicaments tu prends ? Exprime-toi. Demande au médecin s'il se débat et s'il souffre. "Mais merde, parle au téléphone !", se dit-il indigné. Le médecin ramène Jolande Gabriel aux urgences. J'ai décidé d'envoyer une ambulance chez ma famille, mais avant qu'il n'arrive, le patient s'est effondré.

" Elle souffrait Stades connus "

" Elle était allongée immobile sur le sol de la cuisine. "Elle a connu tous les stades de la douleur", a déclaré une de ses filles, raconte à l'AFP une certaine Marie Lore François. Ses filles rappellent Sam et commencent un massage cardiaque. A son arrivée à 8h40, l'équipe médicale prendra possession des lieux et sera dévastée. Pour la famille, la décision de la renvoyer chez elle le soir était incompréhensible, et une intervention plus rapide à domicile aurait évité le pire.

En octobre 2021, ils se sont plaints d'"homicide involontaire" et de "défaut de fournir un soutien". "On ne comprend pas qu'un médecin qui a juré de soigner des gens puisse parler ainsi à sa mère alors qu'elle est mourante", a déclaré Marie Lore François.

" Le support n'a pas été touché "

Contacté, François Dolveck, responsable du Samu de Seine-et-Marne, a déclaré à Médiapart. J'ai renvoyé à la réponse donnée. 31 mai : "Appui téléphonique ARM (assistant médical réglementaire, ndlr), puis le médecin a autorisé un contre-interrogatoire approfondi et de longue haleine. Une partie de l'agacement injustifié du médecin qu'il regrette. Malgré les signes exprimés, la continuité de

"Le processus de prise de décision et de gestion de Yorande Gabriel semble cohérent et vrai. Cela montre la continuité du produit", a ajouté Dolbec.