France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Crise du gaz : le plan d'urgence de la France pour éviter les pénuries cet hiver

Les voisins allemands viennent de se rajeunir, mais ce jeudi 23 juin, le gouvernement français cherche la tranquillité d'esprit à l'approche des mesures de distribution en raison des niveaux d'alerte d'approvisionnement en gaz. . Ses concitoyens. "Nous sommes mieux placés que d'autres pays européens pour assurer la sécurité d'approvisionnement", mentionnant les équipements permettant l'importation de gaz naturel liquéfié (GNL), Matignon Garanti par. La connexion avec la péninsule ibérique elle-même a beaucoup d'infrastructures.

Europe : la menace de la distribution de gaz cet hiver augmente

Les faits l'hiver prochain, et l'hiver prochain est très tendu puisque le géant Gazprom coupe progressivement l'approvisionnement en gaz à 27 sur fond d'affrontement entre les nations occidentales et la Russie.Je promets . Guerre en Ukraine. Pour s'y préparer, la Première ministre Elizabeth Borne a présenté cet après-midi une série de mesures d'urgence visant à renforcer la sécurité d'approvisionnement en gaz de la France.

Nouveau Terminal de Gaz Liquéfié

 Le Chef du Gouvernement a ainsi officialisé la construction d'un nouveau terminal méthanier flottant au Havre.Cette infrastructure vise à augmenter la capacité d'importation de GNL expédié par bateau depuis une vingtaine de pays du monde exportateurs de GNL. A son arrivée, le GNL sera regazéifié et injecté dans le réseau national de transport de gaz ou acheminé par camion-citerne vers les terrains industriels.

Ce terminal flottant viendra s'ajouter aux quatre terminaux terrestres d'importation de GNL déjà détenus par la France. L'un est à Dunkerque, l'autre à Montire-de-Bretagne, et l'autre à Fos-sur-Mer. L'infrastructure flottante a pour avantage de réduire considérablement le temps et les coûts de construction. Il peut également être réorganisé si vous le souhaitez.

Par conséquent, le gouvernement s'est fixé comme objectif de commencer les travaux pour connecter ce terminal flottant au réseau à l'automne 2022.Les "dispositions législatives"seront adoptées.Lever et mettre en place des fonds »,explique l'un des assistants d'Elizabeth Borne.

"Couvrir 10 % de la consommation de gaz de la France", et précise Matignon.

Une solidarité européenne fluctuante

La France doit encore pouvoir importer suffisamment de GNL. C'est incertain maintenant que le marché mondial est particulièrement tendu et que les prix montent en flèche."Aujourd'hui, tous nos terminaux méthaniers sont complets à long terme",rassure Matignon. En cas de pénurie mondiale de GNL conduisant à des pénuries de gaz, le paysest « room to opera »et nous sommes tout de même rassurés.

Cependant, si une telle situation se produit, la France ne pourra pas jouer le jeu complet de la solidarité en Europe , mais certains pays membres seront exposés à l'épuisement du gaz russe, etc. . Les terminaux méthaniers comme l'Allemagne, qui n'ont actuellement rien, ne sont pas bien équipés.

 "S'il n'y a pas assez de gaz dans le terminal méthanier, la pression chutera [Réseau National de Transport de Gaz, NDLR].Puis, dans "Pour maintenir la pression de la France, il faut réduire la capacité d'exportation vers d'autres pays. La solidarité est minimisée, mais la partie orientale [notamment les éditeurs d'Allemagne, de Belgique, d'Italie et de Suisse NDLR] dépend du niveau des importations de GNL", détaillé au ministère de la transition énergétique.

Remplir le réservoir de stockage à 100 %

Le deuxième plan d'urgence consiste à augmenter le niveau de stockage de gaz des 56 % actuels à 100 % d'ici la fin de l'été. Ainsi, le Gouvernement entend aller au-delà de l'obligation prévue par la loi française du 1er novembre qui impose aux fournisseurs de constituer des réserves à hauteur d'au moins 85% de leur capacité. A l'échelle européenne, le minimum requis pour la même période est de 80%.

Concrètement, il s'agit d'inciter deux gestionnaires de réseau de transport de gaz naturel français, GRT Gaz et Terega, à acheter du gaz supplémentaire pour faire le plein. , Signifie que l'État met en place un mécanisme de garantie publique. Jusqu'à 100%. "15 % de stockage supplémentaire, c'est une énorme dépense",justifie Matignon.

Energy Conservation Everywhere

Parallèlement à ces deux mesures, le gouvernement prévoit de mettre en place trois groupes de travail sur les économies d'énergie. L'un concerne le gouvernement, les autres entreprises et les derniers établissements commerciaux ouverts au public. L'idée est d'amener le secteur et l'économie à construire un plan d'action concret et quantifié d'économies d'énergie avec le nombre de térawattheures économisés de l'autre côté de chaque levier d'action.

En raison de l'obligation d'exemplarité, le premier groupe de travail à démarrer sera le groupe de travail administratif. Une campagne de communication grand public sur la consommation d'énergie n'est pas prévue pour le moment, mais pourrait être déployée à l'approche de l'hiver.

Rescue Coal

Le gouvernement maintient également l'option d'exploiter"quelques heures"la centrale électrique au charbon d'Emile Hatchet. .. La Moselle a officiellement fermé le 31 mars.

"Ce dispositif est opérationnel, mais en aucun cas une relance du charbon", clame au ministère de la Conversion de l'énergie. Emmanuel Macron a promis de fermer toutes les centrales à charbon de France avant la fin de son premier mandat.

Crise du gaz : la grande résurrection du charbon en Europe

Dernier Jusqu'à présent, il n'y a aucun doute sur la répartition des centrales électriques au gaz. Le but est qu'ils"contribuent généralement au système électrique", ce qui rend également historiquement indisponibles les centrales nucléaires car près de la moitié des réacteurs sont actuellement à l'arrêt. De ce fait, vous devriez vivre un hiver à haut risque . Avant tout, le problème de la corrosion sous contrainte .

Prolongation du bouclier tarifaire

La Première ministre Elizabeth Borne a confirmé le maintien du bouclier tarifaire sur les prix de l'électricité et du gaz. "Le texte est actuellement à l'étude. Le dispositif sera étendu jusqu'au second semestre 2022. Ce texte sera publié dans les prochains jours", précise Matignon.