Cameroon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Programme économique : les conditions du FMI au Cameroun pour débloquer 45 milliards de F

Le FMI a bouclé la mission de la 4ème revue du programme économique et financier du gouvernement appuyé par l’Accord de Facilité élargie de crédit et du Mécanisme élargi de crédit.

Fonds monétaire international (FMI) ont annoncé ce 19 mai 2023, avoir trouvé un accord avec le gouvernement camerounais pour un décaissement de 55,2 millions de DTS, soit environ 73,8 millions de dollars (44,9 milliards de FCFA). Ceci se fera une fois que la revue sera formellement conclue par le Conseil d’administration du FMI en fin juin 2023.

Concrètement, le FMI a fixé des exigences aux autorités camerounaises si elles veulent accéder aux appuis budgétaires escomptés à l’issue de ladite revue. Celles-ci portent préalablement sur le dépôt au Parlement lors de la session de juin 2023, d’une loi des Finances rectificative, actuellement en préparation au niveau du ministère des Finances.

Celle-ci est adossée à la création d’un espace budgétaire dédié aux investissements productifs et au financement des dépenses sociales. Ce qui devrait se faire par une mobilisation accrue des recettes intérieures, non sans améliorer l’efficacité des dépenses, tout en renforçant la discipline budgétaire.

Cette nouvelle enveloppe portera à 624,9 millions de dollars, soit environ 380,4 milliards de FCFA, le volume des décaissements déjà effectués en faveur du gouvernement camerounais depuis la conclusion du programme en juillet 2021.

Pour le compte du Cameroun, il faut noter que, la reprise économique amorcée à la suite du choc de la COVID-19 se poursuit. La croissance est estimée à 3,7 % en 2022 et devrait atteindre 4 % en 2023, tandis que l’inflation en glissement annuel devrait se modérer, passant de 7,3 % fin 2022 à environ 5,9 % fin 2023.

Les autorités préparent une loi de finances rectificative pour 2023. « Elles ont souligné la nécessité de créer un espace budgétaire pour les investissements productifs et les dépenses sociales en mobilisant les recettes intérieures et en améliorant l’efficacité des dépenses, tout en renforçant la discipline budgétaire », a mentionné le FMI.