Cameroon
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Cameroun : la Gendarmerie appuie la gâchette de la répression contre les discours haineux

L’objectif est de lutter avec efficacité contre l’apologie de la haine tribale au sein de l’opinion et à travers plusieurs canaux.

La Gendarmerie nationale met la machine de la répression en marche pour lutter contre les discours haineux qui s’élèvent au Cameroun. Ce discours se manifeste par « l’apologie de la haine menée par certains leaders d’opinion et certains individus malveillants dans les réseaux sociaux et autres plateformes communicationnelles. Ils tiennent des discours d’incitation à la haine et autres outrages sur identité ». Ce qui, selon le secrétaire d’Etat à la défense chargé de la Gendarmerie, « constitue une préoccupation socio sécuritaire majeure susceptible de fragiliser l’unité et la cohésion nationales ».

Désormais, pour y faire face, le patron de la Gendarmerie nationale donne le feu vert à la sanction selon le procédé légal. Ses collaborateurs vont « procéder systématiquement à l’interpellation et à l’ouverture d’une procédure judiciaire à l’encontre de toute personne se rendant coupable de propos ou d’apologie de la haine tribale », instruit Galax Etoga dans un message radio porté. Ce document est signé au lendemain des tensions tribales survenues à Sangmélima dans le Sud, faisant un mort et de nombreux blessés.

Ainsi, les contrevenants n’ont qu’à bien se tenir. Le gouvernement dans son ensemble est mobilisé pour tordre le cou à ce phénomène grandissant. Dans le sillage de la célébration de la 51è édition de la fête de l’Unité nationale, le ministre de la Communication, celui de l’Administration territoriale et le président de la Commission nationale pour la Promotion du bilinguisme et du multiculturalisme ont tenu une conférence de presse à ce sujet.

Leur objectif commun étant de sensibiliser, mettre en garde et annoncer la répression contre ceux qui incitent à la haine tribale. Reste maintenant attendue, la mise en œuvre de ces différentes mesures en conformité avec la loi N°2019/020 du 24 décembre 2019.