Benin
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les militaires renversent le régime de Bazoum

Depuis ce mercredi 26 juillet 2023, Mohamed Bazoum n’est plus président de la République du Niger. Il a été renversé par la Garde présidentielle avec le soutien des militaires.
Les militaires ont réussi à destituer le président du Niger, ce mercredi, après un coup de force de la Garde présidentielle. Les mutins ont annoncé, tard dans la soirée du 26 juillet, la destitution de Mohamed Bazoum et la prise du pouvoir par le Conseil national de sauvegarde de la patrie (CNSP).

Les putschistes ont annoncé vers 23h30 sur la radio et la télévision nationales, la dissolution du gouvernement et la création d’un Conseil national de sauvegarde de la patrie (CNSP).

Ils ont décidé de la suspension de la constitution et des institutions de la République et l’instauration d’un couvre-feu. Les frontières aériennes et terrestres sont fermées jusqu’à nouvel ordre.

« Nous avons décidé de mettre fin au régime que vous connaissez. Cela fait suite à la dégradation continue de la situation sécuritaire, à la mauvaise gouvernance économique et sociale », a déclaré à la télévision nationale le colonel Amadou Abdramane, porte-parole du CNSP.

Il a assuré de l’attachement des mutins « au respect de tous les engagements souscrits par le Niger », et le « respect de l’intégrité physique et morale des autorités déchues conformément aux principes des droits humains ».

Le porte-parole du CNSP était entouré du général Abdourahmane Tchiani, patron de la Garde présidentielle et son numéro deux, le colonel Ibroh Amadou Bacharou ; du général Moussa Salaou Barmou, chef des forces spéciales ; du haut commandant en second de la garde nationale, Ahmed Sidian, et autres officiers de l’armée.

Cette décision des putschistes intervient au moment où le président Patrice Talon était annoncé ce jeudi, à Niamey, pour une médiation de la Cédeao.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

27 juillet 2023 par Ignace B. Fanou